Mardi, le Sénat a confirmé sa nomination au poste d’ambassadeur américain auprès du Conseil des droits de l’homme à Genève pour remplacer Eileen Chamberlain Donahoe, une Californienne qui a défendu les intérêts américains dans l’organe subsidiaire de l’Assemblée générale de l’ONU depuis sa création en 2006 pour remplacer une Commission des droits de l’homme discréditée. Le vote fut très partisan: 52 démocrates pour 42 républicains contre.

La particularité de Keith Harper: il fait partie de la nation des Cherokees, l’une des 560 tribus indiennes des Etats-Unis. Les Cherokees sont quelque 315 000 membres, mais plus de 800 000 Améridiens estiment avoir un lien de sang avec les Cherokees. C’est la première fois qu’un membre d’une tribu reconnue par l’Etat fédéral accède à un poste d’ambassadeur. Keith Harper a été un activiste des droits de l’homme et des droits civiques. Il fut délégué lors de la Conférence mondiale sur le racisme à Durban en 2001 en Afrique du Sud. Il s’était aussi distingué en tant qu’avocat dans une plainte collective de tribus indiennes contre l’Etat fédéral. Selon le Washington Post, l’administration de Barack Obama avait réglé l’affaire pour une somme de 3,4 milliards de dollars.