Le projet politique de l'administrateur américain en Irak Paul Bremer a subi un revers majeur en étant désavoué par un des plus éminents dignitaires chiites du pays, l'ayatollah Ali Al-Sistani, pourtant considéré comme un modéré. Dans un avis religieux dont l'AFP a obtenu une copie lundi, l'ayatollah Sistani s'est opposé à la rédaction d'une nouvelle Constitution par une assemblée désignée par les forces d'occupation, estimant que des élections générales devaient se tenir au préalable. «Le projet (américain) en question est fondamentalement inacceptable», affirme l'ayatollah, dont les avis religieux et fatwas sont très suivis par les chiites, majoritaires en Irak. Bremer avait présenté début juin aux différents groupes irakiens un projet prévoyant la formation d'un Conseil politique de 25 à 30 membres d'ici à la mi-juillet.

D'autre part, l'armée américaine a arrêté le gouverneur de Najaf, ville sacrée du chiisme, ainsi que de 62 de ses collaborateurs pour enlèvement et corruption. Abou Haydar Abdul Mun'im avait été nommé à ce poste il y a deux mois.

Explosion

Des dizaines d'Irakiens ont été tués dans l'explosion d'un dépôt de munitions ce week-end dans la région de Haditha (nord de l'Irak), a indiqué lundi à l'AFP un responsable militaire américain.