Thomas Massie, un élu républicain, était dimanche au centre d'une polémique causée par un cliché le montrant avec sa famille devant un sapin de Noël orné de guirlandes et des armes à feu à la main. L'image a été postée quelques jours après une fusillade meurtrière dans une école.

A ce sujet, lire: Faire poser ses enfants lourdement armés devant le sapin: le choix de deux élus du Congrès américain 

«Joyeux Noël! PS: Père Noël, apporte des munitions», a commenté Thomas Massie, représentant du Kentucky à la chambre basse du congrès américain, en tweetant l'image, où il figure en compagnie de six de ses proches.

Mardi, les Etats-Unis ont été endeuillés par une fusillade dans un lycée du Michigan, au cours de laquelle un adolescent a tué quatre élèves. Les parents du tireur de 15 ans, inculpés d'homicides involontaires, avaient offert le pistolet semi-automatique Sig Sauer à leur fils comme cadeau de Noël anticipé.

Sur ce sujetFusillade dans le Michigan: le rôle des parents et de l'école sous la loupe des enquêteurs

Et aussi:  Joe Biden se heurte au casse-tête des armes à feu

L'élu accusé de «fétichisme»

Dans ce contexte, la photographie de famille de Thomas Massie a provoqué un tollé, élus ou parents de victimes de fusillades accusant le républicain d'insensibilité. «Scandaleux», a écrit le démocrate John Yarmuth, affirmant que de tels messages revenaient à «se prendre ouvertement le meurtre d'enfants à la figure».

Le républicain Adam Kinzinger, disant être en faveur du droit au port d'armes, a tweeté qu'il ne s'agissait «pas d'un soutien au droit de détenir et porter une arme», mais «d'un fétichisme».

L'activiste Fred Guttenberg, dont la fille a été tuée pendant la fusillade du lycée de Parkland en 2018, a posté ses propres «photographies de famille». «L'une est la dernière photographie que j'ai prise de Jaime, l'autre montre l'endroit où elle est enterrée.»

A lire:  Fusillade dans le Michigan: le rôle des parents et de l'école sous la loupe des enquêteurs

La fusillade dans un lycée du Michigan est la plus meurtrière des quelque 130 déjà recensées cette année en milieu scolaire, selon l'organisation Everytown For Gun Safety.