Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en fait-il assez en Ukraine? Depuis l’agression russe du 24 février, les autorités de Kiev dénoncent régulièrement ce qu’elles considèrent comme un silence coupable de l’organisation face à l’ampleur des violations russes des Conventions de Genève. Il y a deux semaines, devant les dirigeants du G20, le président Volodymyr Zelensky allait jusqu’à parler d'«autodestruction de la Croix-Rouge». Le CICR rétorque qu’il s’en tient strictement à son mandat et qu’il ne peut agir qu’avec l’accord des Etats signataires, et sous la condition de la confidentialité. Dmytro Lubinets, le commissaire aux droits de l’homme du Parlement ukrainien, une institution qui se décrit comme indépendante, explique que c’est l’ensemble du mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui est en crise. Entretien.