En Russie, tout le monde sait qui sont les deux filles de Vladimir Poutine, mais personne n’a le droit d’en parler. Il y a quelques jours, un ex-oligarque russe aujourd’hui exilé en France a déballé sur son site internet quelques photographies issues de ses archives personnelles, montrant deux adolescentes en compagnie de ses propres fils et de vedettes du showbiz russe. Les légendes des clichés, pris au début des années 2000, mentionnent «Maria et Katia Poutine». Leur ressemblance avec Maria Vorontsova (35 ans) et Ekaterina Tikhonova (33 ans), deux personnalités montantes de la recherche scientifique, ne laisse guère de place au doute. Pourtant, les médias russes n’en ont pas dit un mot, à l’exception d’une poignée de journaux bien ancrés dans l’opposition.

«Vladimir Poutine a toujours isolé avec la plus grande vigueur sa vie privée. Publier des informations à ce sujet est interdit en Russie», souligne le politologue Fiodor Krasheninnikov. Encore l’année dernière, lorsqu’une journaliste de la BBC a sans détour demandé au président, lors d’une conférence de presse, de dissiper les rumeurs autour de «Mmes Vorontsova et Tikhonova», ce dernier a botté en touche. En 2008, le quotidien russe qui avait osé publier un article révélant la romance du président russe avec une gymnaste médaillée olympique avait immédiatement cessé de paraître.