Elysée 2012

Un gouvernement paritaire pour la France

L’exécutif du nouveau gouvernement français est composé de 17 femmes et de 17 hommes, en majorité des modérés

L’exécutif est composé de 17 femmes et de 17 hommes, en majorité des modérés

(Paris) Le suspens aura duré toute la journée, entretenu dès le matin par l’annonce que Martine Aubry, la patronne du PS, ne participerait pas au gouvernement. Finalement, la liste est tombée vers 19 h 30, après de longues heures d’attente. Aux côtés de Jean-Marc Ayrault, 34 ministres, 17 femmes et 17 femmes. «Cette parité est une première dans l’histoire de la République française», a déclaré le Premier ministre sur France 2. L’exécutif est aussi dominé par les sociaux-démocrates et les modérés.

L’ancien Premier ministre Laurent Fabius, homme d’expérience, est le numéro deux de l’exécutif, il prend en charge les Affaires étrangères. Parmi les nominations les plus importants: le député européen Vincent Peillon à l’Education nationale, la députée guyanaise Christiane Taubira à la Justice, le député du Doubs Pierre Moscovici à l’Economie et aux Finances, la députée d’Indre et Loire Marisol Touraine aux Affaires sociales, le député-maire d’Evry Manuel Valls à l’Intérieur. Le troisième homme de la primaire, Arnaud Montebourg prend la tête d’un ministère du Redressement productif, détaché de Bercy, chargé de la politique industrielle, axe fort durant la campagne. La patronne des écologistes, Cécile Duflot fait son entrée à l’exécutif au poste de ministre de l’égalité des territoires et du logement. L’Ecologie va à la sénatrice Nicole Bricq.

La composition du gouvernement répond à de multiples critères qui façonnent une délicate équation. Outre la parité, les minorités devaient être représentées, les âges diversifiés. La nouvelle génération est largement représentée, notamment par plusieurs jeunes femmes qui se sont illustrées durant la campagne: Aurélie Filippetti nommée à la Culture, Najat Vallaud-Belkacem aux Droits des femmes ou Delphine Batho, ministre déléguée auprès de la Garde des Sceaux; la première était chargée de la culture durant la campagne, ses deux collègues porte-paroles de François Hollande durant la campagne. La grande majorité des nouveaux ministres n’a jamais occupé de postes semblables par le passé, comme la députée et adjointe au maire de Grenoble Geneviève Fioraso, chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Le nouveau gouvernement est également représentatif des courants ou des influences au sein du parti socialiste. Des proches de Martine Aubry sont représentés, comme François Lamy, en charge de la Ville ou l’ancienne Garde des Sceaux Marylise Lebranchu à la Réforme de l’Etat et à la fonction publique. Benoît Hamon, porte-parole du PS, représente la gauche du parti; il s’occupera de l’Economie sociale et solidaire. A gauche aussi, le rénovateur Arnaud Montebourg. Les alliés ne sont pas oubliés, avec Cécile Duflot et deux représentants des radicaux de gauche, dont Christiane Taubira.

Les proches de François Hollande, ceux qui lui sont fidèles depuis des années, y compris dans les périodes difficiles, sont présents. C’est le cas de Michel Sapin au ministère du Travail et de l’emploi, du Breton Jean-Yves Le Drian à La Défense, du député européen Stéphane Le Foll à l’Agriculture.

La défection de Martine Aubry, annoncée dans la matinée, a modifié les équilibres. Après le choix de François Hollande de placer le maire de Nantes à Matignon, la patronne du PS a estimé «en bonne entente» avec le Président et le Premier ministre, «que ça n’avait pas de sens d’être au gouvernement», a-t-elle déclaré à l’AFP. Ancienne numéro 2 du gouvernement Jospin, la maire de Lille ne se voyait pas ailleurs qu’à Matignon. «Dans ces circonstances, l’endroit où je suis le plus utile, c’est d’être à la tête du Parti socialiste» pour «conduire la campagne (des législatives des 10 et 17 juin)», a-t-elle expliqué. «Le but essentiel est de donner au président de la République une majorité à l’Assemblée nationale», a ajouté Jean-Marc Ayrault.

La maire de Lille pourrait toujours revenir dans un second temps, après les législatives, si le gouvernement est remanié pour tenir compte des équilibres sortis des urnes. C’est aussi à ce moment-là que des personnalités issues du Front de gauche ou du Parti communiste pourraient faire leur entrée.

Le premier Conseil des ministres se tiendra jeudi, avant le départ de François Hollande aux Etats-Unis pour les sommets du G8 et de l’Otan. La première décision sera la baisse du salaire du président et des ministres. «L’essentiel est de se mettre très vite au travail au service des Français», a déclaré Jean-Marc Ayrault «ému et fier», peu après sa prise de fonction. La passation des pouvoirs s’est déroulée dans la matinée. A 10 heures, François Fillon, Premier ministre de Nicolas Sarkozy durant cinq ans a quitté Matignon, laissant la place à son successeur.

Publicité