Oubliée, la «transformation» de la France: le nouveau gouvernement désigné par Emmanuel Macron et son premier ministre, Jean Castex, est d’abord là pour plaider la cause présidentielle et préparer la campagne de 2022. Mission: restaurer l’autorité de l’Etat grâce à l’énergie de Gérald Darmanin, nommé ministre de l’Intérieur; mettre de l’ordre au sein de l’appareil judiciaire ébranlé par une série d’affaires grâce à la détermination de l’avocat très médiatique Eric Dupond-Moretti, nommé garde des Sceaux; et courtiser les milieux artistiques grâce à l’entregent et à la popularité de la revenante Roselyne Bachelot, nommée ministre de la Culture. Des nominations qui ont un point commun: les liens des trois intéressés avec Nicolas Sarkozy, devenu l’un des mentors du locataire de l’Elysée dans cette phase de reconquête du pouvoir, post-crise sanitaire.

Lire aussi le commentaire: Autorité et proximité, les deux priorités du nouveau gouvernement français