Acculé, Andrew Cuomo résiste. Mais pour combien de temps? Lâché par les siens, le gouverneur de New York, accusé d’avoir harcelé sexuellement 11 femmes, a beau se défendre, il doit se rendre à l’évidence: quelle que soit la gravité des faits qui lui sont reprochés, il n’a plus le soutien des pontes de son parti. La confiance est rompue. Difficile de l’imaginer dans ces conditions poursuivre sa carrière politique. Or, officiellement, il brigue toujours un quatrième mandat, pour 2024.

Embarrassant pour les démocrates

Mardi, jour de la présentation des résultats d’une enquête indépendante menée pendant quatre mois, Nancy Pelosi, la leader démocrate de la Chambre des représentants, et le président Biden, des amis du gouverneur, ont tous deux jugé qu’il devait démissionner. A ces voix se sont ajoutées celles de plusieurs gouverneurs démocrates. Les sénateurs new-yorkais Chuck Schumer, chef de la majorité démocrate, et Kirsten Gillibrand, n’ont eux pas attendu les 165 pages d’enquête pour suggérer qu’il s’en aille. L’actuel maire de New York, avec lequel il entretient des relations tendues, l’exhorte aussi à partir. Le probable futur maire, Eric Adams, également. Il invite le parlement à «aller de l’avant avec la procédure de destitution si le gouverneur ne démissionne pas».