Enlèvement

Un humanitaire allemand enlevé au Niger

Cet enlèvement a eu lieu près d’Ayorou, dans une région frontalière du Mali en proie à des attaques djihadistes récurrentes. Il coïncide avec le début de l’exercice militaire Flintlock dans cette zone du pays

Un humanitaire allemand a été enlevé mercredi au Niger par des hommes armés près d'Ayorou, dans une région frontalière du Mali en proie à des attaques djihadistes récurrentes. «Il y a eu enlèvement d'un ressortissant allemand à 30 km d'Ayorou alors qu'il rentrait d'une mission dans la partie nord de la zone», a déclaré le préfet Jando Rhichi Algaher par téléphone à l'Agence France-Presse. Ayorou est situé à 200 km nord-ouest de Niamey, dans la région du Tillaberi.

L'humanitaire -qui travaillait pour l'ONG Help- et ses collaborateurs «se sont présentés ce matin même à la préfecture (d'Ayorou) pour informer de leur intention de faire un aller-retour. C'est au retour que lui et son chauffeur ont été interceptés par des individus armés à bord de quatre motos. Ils les ont passés à tabac, ils ont pris le Blanc et ils ont brûlé le véhicule», a expliqué le préfet, qui dit tenir ce témoignage du chauffeur de l'Allemand enlevé. 

Lire aussi: Nouvelle alliance militaire contre les djihadistes

La région est devenue très instable en raison de nombreuses attaques meurtrières attribuées à des groupes djihadistes, visant régulièrement des positions de l'armée et des camps de réfugiés. En octobre 2017, douze gendarmes nigériens avaient ainsi été tués lors d'une attaque dans la ville même d'Ayorou. Le 12 mars, trois gendarmes ont été tués lors d'une attaque à Goubé dans la région de Tillaberi, à moins d'une cinquantaine de kilomètres de Niamey.

Le début de l'exercice Flintlock

Jeffery Woodke, un humanitaire américain, avait été enlevé dans la nuit du 14 octobre 2016 à son domicile à Abalak, dans la région de Tahoua. Deux personnes - un soldat nigérien et un gardien civil - avaient été tuées pendant le rapt. On est toujours sans nouvelle de l'otage.

L'Allemagne a construit une base militaire en «appui» à la Mission militaire onusienne (Minusma) qui combat les djihadistes au Mali voisin et soutien le Niger dans sa lutte armée contre les groupes djihadistes avec de l'équipement militaire, de la formation et des aides financières. L'enlèvement de mercredi coïncide avec le début du grand exercice militaire Flintlock avec plus 1 500 militaires africains, américains et européens dans cette zone du pays.

Lire aussi l'éditorial: Le Sahel, ce grand mirage sécuritaire

Ces exercices aériens et terrestres, organisés chaque année par l'Africom, regroupent cette année huit pays africains et douze pays occidentaux. Trois régions nigériennes sont concernées: Tillabéri et Tahoua (ouest) ainsi qu'Agadez au nord, proche de la Libye, de l'Algérie et du Mali. 

Publicité