Une interpellation vient porter un nouveau coup contre la presse locale à Hongkong dont la liberté s’est considérablement érodée depuis la reprise en main du territoire par Pékin. Allan Au, un journaliste hongkongais chevronné, a été arrêté, lundi à l’aube, par la police en charge de la sécurité nationale pour «conspiration en vue d’une publication séditieuse», ont indiqué une source policière et des médias locaux.

Ce journaliste-professeur de journalisme de 54 ans est un ancien éditorialiste du site d’information pro-démocratie Stand News, contraint de fermer fin décembre après avoir été l’objet d’une série de perquisitions et l’arrestation de sept personnes pour «publication séditieuse». Deux journalistes de Stand News ont déjà été inculpés pour «sédition».

Peu de temps après la fermeture de Stand News, Allan Au a commencé à écrire «bonjour» tous les matins sur Facebook pour assurer qu’il était en sécurité.

Cet éditorialiste a notamment publié en 2017 un livre sur la censure à Hongkong. Pendant plus de dix ans, il a été responsable d’une émission d’actualité sur la chaîne publique hongkongaise RTHK. Allan Au a été licencié l’an dernier par la chaîne après un remaniement de ses programmes par les autorités qui ont voulu que ce média, jusque-là indépendant sur le plan éditorial, suive la ligne officielle.

Un délit passible de deux ans de prison

Des poursuites pour atteinte à la sécurité nationale ont également été engagées contre Jimmy Lai, un magnat de la presse, ainsi que six anciens cadres de son journal pro-démocratie Apple Daily, également contraint de fermer l’an passé.

A ce propos: A Hongkong, le patron de presse Jimmy Lai condamné au silence

Le délit de «sédition» est passible de deux ans de prison en vertu d’une loi datant de 1938. Initialement promulgué par le pouvoir colonial britannique pour réprimer les partisans de la Chine communiste, ce texte était tombé en désuétude. En 1997, date de la rétrocession de Hongkong à la Chine, il n’avait pas été utilisé depuis des décennies.

Mais il a été exhumé récemment par les autorités de la ville dans le cadre de la répression du mouvement pro-démocratie, en complément d’une nouvelle loi draconienne sur la sécurité nationale imposée en 2020 par Pékin.