Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

ALIMENTATION

Un lait tueur de bébés provoque une psychose en Chine

Les trois principaux groupes de produits laitiers chinois sont touchés par le scandale du lait en poudre frelaté à la mélamine, qui a déjà provoqué la mort de quatre enfants.

Alors que la parenthèse olympique s'est refermée mercredi avec la fin des Jeux paralympiques, un nouveau triomphe de ses athlètes et la démonstration de la parfaite maîtrise d'un tel événement planétaire, la Chine replonge dans une réalité quotidienne moins reluisante, faite de scandales et de corruption. Les Chinois sont sous le choc depuis que les trois principaux producteurs de lait en poudre du pays ont reconnu que leur lait était contaminé par de la mélamine (une substance chimique toxique utilisée pour les plastiques ou les engrais) pouvant provoquer des calculs rénaux mortels chez l'enfant.

Les autorités ont annoncé jeudi la mort d'un quatrième bambin alors que 6244 enfants sont tombés malades, dont 1327 sont hospitalisés et 158 souffrent d'insuffisance rénale sérieuse. Le pouvoir central a ordonné le retrait massif de tous les laits incriminés et procédé à l'envoi de milliers d'agents de contrôle vers les principaux centres de production laitière du pays.

Au centre de ce scandale, il y a le groupe Sanlu, basé à Shijiazhuang, dans la province du Hebei limitrophe de Pékin. Son lait en poudre, le plus contaminé, tue depuis plusieurs mois. Des parents ont dénoncé les effets néfastes de ses produits en mars déjà, et la première mort remonte au 1er mai. Alors qu'elle était au courant de l'affaire depuis début août, Sanlu a tenté d'étouffer la crise, probablement pour ne pas nuire à la fête des Jeux olympiques.

Il a finalement fallu l'intervention de la première ministre néo-zélandaise, Helen Clark, pour que les officiels chinois locaux admettent le problème le 10 septembre. Pourquoi la Nouvelle-Zélande? Parce que Sanlu est contrôlé à hauteur de 43% par le géant néo-zélandais du lait Fonterra Cooperation Group, qui aurait essayé en vain durant des semaines d'alerter les autorités pour retirer de la vente le lait en question.

Selon une enquête des autorités, 20% des compagnies laitières testées à travers le pays ont vendu des produits contenant de la mélamine, un produit qui permet d'augmenter la présence de protéine dans un lait de moindre qualité. Les deux autres géants du lait chinois, Mengniu et Yili (un sponsor des JO), sont également concernés. Nestlé, qui détient 4% du marché chinois du lait en poudre dans le moyen et haut de gamme, «n'est pas touché», indique son porte-parole, Robin Tickle. «Nous avons inauguré un district laitier en Mongolie intérieure sur le modèle suisse avec nos propres agronomes et contrôleurs», précise-t-il.

Le système chinois de contrôle de qualité des produits alimentaires et la corruption qui permet d'acheter le silence des autorités de contrôle sont une fois de plus pointés du doigt, notamment par l'OMS. «Les critères de sécurité en Chine, comme les codes alimentaires internationaux, n'incluent pas le contrôle des substances toxiques, s'est défendu le directeur de l'inspection de la qualité de l'alimentation, Li Changjiang. Nous allons revoir nos codes pour inclure les contrôles de toxicité.»

En attendant, l'affaire a déjà fait plusieurs victimes politiques: le maire de Shijiazhuang et quatre autres officiels ont été limogés. La police a de son côté interpellé 18personnes, 12 collecteurs de lait et six trafiquants de mélamine.

Malgré les excuses des entreprises concernées, ce scandale promet une nouvelle fois de discréditer les produits alimentaires chinois d'exportation. Des yaourts contaminés ont été détectés à Hongkong et deux compagnies mises en cause exportent leurs produits au Burundi, au Gabon, au Bangladesh, en Birmanie et au Yémen.

L'an dernier, c'était de la nourriture pour animaux fabriquée en Chine qui avait créé la frayeur. Là encore la mélamine était en cause: plusieurs milliers d'animaux en ont été victimes, notamment aux Etats-Unis. Il y a également eu une affaire de dentifrice à l'antigel et un scandale de raviolis aux pesticides exportés vers le Japon. Les intoxications alimentaires dues à des produits frelatés sont par ailleurs fréquentes en Chine.

Un précédent lait tueur de bébés avait défrayé la chronique chinoise en 2004. Il s'agissait alors d'un lait en poudre appauvri ne correspondant pas aux normes nutritives. Seize bébés, sous-alimentés, étaient décédés. Ce trafic affectait les couches les plus pauvres. Les autorités avaient promis de faire le ménage. Cette fois-ci, et alors que les Chinoises allaitent de moins en moins, c'est l'ensemble de la population qui se sent menacé.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a