Pour le dixième anniversaire des «Loups de la Nuit», le club de bikers de Moscou, tout y était. Les motos rutilaient, les bikers étaient bardés de cuir, les filles sexy en diable et sur la scène les meilleurs groupes de hard rock de Russie distillaient des riffs en acier trempé. Mais le clou de la fête qui s'est déroulée début juillet, c'était la présentation de la nouvelle moto «Volk». Les «Loups de la Nuit» ont en effet étroitement collaboré à la création de cette réponse russe à la Harley Davidson.

«Nous pensons que la Russie doit avoir sa propre moto de légende», martèle avec conviction Sacha «Chirourg», le président des «Loups de la Nuit». Pour atteindre ce but, le club a même créé son propre bureau d'études, Wolf Engeneering.

L'idée de créer un «bike» national est née après plusieurs rencontres entre les représentants de l'usine de motocyclettes d'Irbit (IMZ) et des «Loups de la Nuit» lors des grands rassemblements de motards de 1996 et 1997. L'usine lance en 1998 la «Cobra». Mais l'engin suscite de nombreuses critiques des «Loups». L'absence de suspension arrière transforme en effet sa conduite sur les routes russes en véritable rodéo. Quand Vadim Triapitchkine prend la direction de l'usine, il décide de poursuivre l'idée, mais enterre la Cobra qui est trop difficile à remanier. Avec Wolf Engeneering, il crée le «Volk». Un chopper d'un superbe classicisme voit le jour. Les «Loups» se mettent à le couver si jalousement que les gens d'IMZ en sont presque inquiets. «Nous sommes propriétaires du label «Volk», estime Sacha «Chirourg», qui nourrit quelques espoirs financiers pour son club. Triapitchkine rejette cependant l'idée d'un intéressement direct des «Loups» au produit des ventes: «Nous sommes prêts à aider ponctuellement le développement du club et du mouvement des «bikers» en Russie.» Bref, à chacun son travail: les «Loups» produisent la légende des motos et IMZ des motos de légende.

E. R.