Ce n'est plus qu'une question de centimètres et d'heures. En atteignant hier soir 34 mètres 45, soit 2,5 mètres de plus que la cote d'alerte, les eaux du lac Dongting, dans le centre de la Chine, menacent d'inonder l'un des plus riches bassins rizicoles du pays, peuplé de dix millions de personnes. Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux ont d'ailleurs commencé à fuir. 900 000 soldats, réservistes et civils ont été dépêchés sur place pour colmater à l'aide de sacs de sable les digues du deuxième plus grand lac de Chine, dont la superficie équivaut à celle du Luxembourg. Les autorités craignent que les eaux gonflées de pluie du grand fleuve Yang-tse ne le fassent déborder, d'ici à dimanche. Si tel était le cas, ce serait la catastrophe.

Depuis mercredi, l'état d'urgence a été déclaré dans le Hunan, la province qui abrite le Dongting, et durant toute la journée d'hier, les télévisions chinoises ont retransmis les images de ces centaines de milliers de combattants des eaux dans leur course contre la montre désespérée. «Toutes les unités de l'armée doivent faire de la lutte contre les inondations leur tâche prioritaire, a ordonné le commandement militaire provincial. Les soldats doivent regarder les zones affectées comme leur pays natal, et les victimes comme des membres de leur famille.» En amont des autres affluents du lac, de nombreux villages sont déjà sous les flots. En cas de débordement du Dongting, la capitale provinciale du Hunan, Changsha, qui compte six millions d'habitants, ainsi que celle du Hubei, Wuhan, peuplée de plus de sept millions de personnes, seraient également menacées.

En 1998, les digues du lac avaient une première fois été rompues lorsque les flots atteignirent 35, 9 mètres. Ils provoquèrent les plus importantes inondations depuis la prise de pouvoir par les communistes en 1949. Bilan: plus de 4000 morts et 14 millions de sans-abri. Cette année, les pluies torrentielles ont débuté plus tôt et sur une beaucoup plus grande partie du territoire. Près de mille personnes ont déjà trouvé la mort dans de multiples crues. Celles-ci font en outre des dégâts politiques: l'agence officielle chinoise a annoncé que 14 responsables du contrôle des inondations de la province du Hunan ont été punis pour avoir négligé leurs tâches, sans autres précisions. Dans le même temps, le héros de la lutte de 1998 et actuel vice-premier ministre, Wen Jiabao, est à son tour monté au front pour appeler tous les officiels à apporter leur soutien. Après les dégâts occasionnés il y a quatre ans, l'Etat central avait débloqué d'importants fonds pour renforcer toutes les digues du pays. Mais l'on a découvert ensuite qu'une partie de cet argent a été détournée...