A trois jours d’un sommet des dirigeants européens à Bratislava, en Slovaquie, sur l’avenir de l’UE, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères a déploré dans le quotidien «Die Welt» ce qu’il considère comme une violation des valeurs démocratiques européennes. «Des gens tels que le président Victor Orban ont conduit à ce que l’Union européenne donne l’image d’une Union qui ose à l’extérieur défendre des valeurs qu’elle n’est plus capable de maintenir à l’intérieur du bloc», a affirmé Jean Asselborn.

«Ceux qui, comme la Hongrie, bâtissent des clôtures contre des réfugiés de guerre, qui violent la liberté de la presse ou l’indépendance de la justice, devraient être temporairement, voire même définitivement, exclus de l’UE», a ajouté le chef de la diplomatie luxembourgeoise. Avant de déclarer que les migrants fuyant les conflits du Proche-Orient sont traités par le gouvernement hongrois «presque moins bien que des animaux sauvages».

«C’est la seule manière de préserver la cohésion et les valeurs de l’Union européenne», a estimé le ministre, en jugeant que l’UE ne «peut tolérer un tel comportement» comme celui du gouvernement du premier ministre hongrois.

Cette possibilité d’exclusion pour violations des valeurs fondamentales du bloc est prévue dans les traités européens mais requiert l’unanimité des Etats membres, ce qui rend son application très difficile.

Viktor Orban a convoqué pour le mois d’octobre un référendum sur le plan européen de répartition des réfugiés. Cette consultation marquera une nouvelle étape dans les rapports tendus du gouvernement Orban avec les institutions européennes qui, depuis son arrivée au pouvoir en 2010, lui ont régulièrement reproché de porter atteinte à l’Etat de droit et à l’équilibre des pouvoirs dans son pays.

Lire aussi: