Aller au contenu principal
Des chars de l'armée irakienne foncent sur Falloujah, une ville qui était aux mains de l'Etat islamique. L'Irak est le 3e pays le plus violent au monde, selon l'Index global de la paix.
© ALAA AL-MARJANI

Etude

Un monde de moins en moins paisible

Un index de la paix chiffre à 13 600 milliards de dollars les coûts des violences dans le monde.

Quel est le pays le plus paisible au monde? L’Islande. Et le plus guerrier? La Syrie. La mode des classements ne pouvait ignorer le domaine qui mesure peut-être le mieux notre niveau d’humanité: la violence, ou plutôt son absence. Depuis dix ans, l’Institut pour l’économie et la paix, un think tank fondé en Australie, livre son Index de la paix globale. Et les nouvelles ne sont pas réjouissantes: depuis 2007, le nombre annuel de morts sur les champs de bataille a été multiplié par cinq (101 406 en 2015) et celui des victimes du terrorisme a augmenté de 286% (32 715).

L’Europe, région la plus paisible

«Ces résultats sont alarmants», a commenté Michael Moller, le directeur général de l’ONU Genève lors de la présentation de l’étude, vendredi, au Geneva Center for Security Policy (GCSP). Les deux principaux facteurs de cette dégradation sont le terrorisme et l’instabilité politique. Ces chiffres globaux masquent toutefois une réalité de plus en plus contrastée. En 2015, une majorité de pays a vu son indice de paix évoluer positivement. Mais pour les pays plongés dans la violence, celle-ci s’aggrave.

Si l’Europe est la région la plus pacifique du monde (la Suisse est en 7e position, voir liste ci-dessous), elle jouxte la plus dangereuse, celle du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. La Syrie reste le pays le plus dangereux depuis le déclenchement de la guerre civile en 2011. Mais c’est le Yémen qui a vu l’an dernier sa situation se dégrader de façon la plus spectaculaire.

Dépenses militaires en baisse

Cet index est calculé sur la base de 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs qui évaluent principalement trois domaines: le niveau de sécurité d’une société, l’étendue des conflits internes ou internationaux et le degré de militarisation des Etats. Pour l’ensemble des 163 Etats et territoires (dont la Palestine) pris en compte, l’index conclut à une évolution «légèrement moins paisible» (0,53%) qu’un an plus tôt.

Du côté des bonnes nouvelles, les chercheurs notent une baisse – qui peut surprendre – de 10% des dépenses militaires mondiales ces trois dernières années. Autres facteurs positifs, l’augmentation sensible des fonds attribués aux opérations de maintien de la paix de l’ONU ainsi que la baisse des effectifs de sécurité et de police dans 48 des 51 pays qualifiés d’autoritaires.

Le coût de la violence

Steve Killelea, l’entrepreneur australien à l’origine de cet Index, souligne l’importance de la stabilité des institutions politiques, du niveau d’éducation et du dynamisme économique comme facteurs de paix dans le monde. Il rappelle que ce sont autant d’objectifs des Nations unies pour un développement durable.

Dernier chiffre, celui du coût économique global de la violence: il s’élevait en 2015 à 13 600 milliards de dollars (calculé en parité de pouvoir d’achat). Cela représente 13.3% de l’activité économique mondiale (mesurée en PIB). «Pour donner une idée de ce que cela représente, note l’étude, c’est approximativement 11 fois l’ensemble des investissements directs étrangers dans le monde.»

Les dix pays les plus paisibles:

  1. Islande
  2. Danemark
  3. Autriche
  4. Nouvelle-Zélande
  5. Portugal
  6. République tchèque
  7. Suisse
  8. Canada
  9. Japon
  10. Slovénie


Les dix pays les plus dangereux:

  1. Syrie
  2. Soudan du Sud
  3. Irak
  4. Afghanistan
  5. Somalie
  6. Yémen
  7. République de Centrafrique
  8. Ukraine
  9. Soudan
  10. Libye
Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a