Le nom d'Alfred Sirven est cité, avant son interpellation le 2 février aux Philippines, au moins à 3649 reprises sur 1598 procès-verbaux, rapports et documents judiciaires. Rappel des principaux casiers judiciaires.

L'affaire des frégates. La société Frontier AG d'Alfred Sirven aurait touché une commission de 160 millions de francs français (FF), payée par Thomson, sur la vente de six frégates militaires à Taïwan en 1991. Avant le versement du magot, Alfred Sirven aurait puisé 45 millions dans les caisses d'Elf pour verser la part revenant à Christine Deviers-Joncour, maîtresse de Roland Dumas, alors ministre des Affaires étrangères.

Les affaires Leuna et Ertoil. La législation française admet le principe des pots-de-vin s'il s'agit de décrocher un contrat à l'étranger. Dans les trois cas, Sirven aurait augmenté les commissions pour en détourner une partie à son profit. En Espagne, l'opération concerne le rachat du réseau de stations-service Ertoil, en 1991. Environ 400 millions de FF auraient été transférés à un proche de Sirven. En Allemagne, 256 millions de commissions auraient été versés en marge du rachat de la raffinerie Leuna en ex-RDA. Le nom du financier André Guelfi et celui de Ludwig-Holger Pfahls, ex-secrétaire d'Etat de Helmut Kohl, sont mentionnés dans cette affaire.

Au Venezuela, une importante commission a été payée en marge de l'implantation d'Elf.

Blanchiment d'argent en Suisse. Alfred Sirven présidait de 1989 à 1993 Elf Aquitaine International, une filiale d'Elf domiciliée à Genève. Cette société a accordé des salaires fictifs à des dizaines de personnalités. Plus de 1 milliard de FF auraient transités à Genève. L'enquête a été ouverte en 1997 par le procureur du canton de Genève, Bernard Bertossa. La justice genevoise vient de faire savoir qu'elle laissait la priorité aux juges français pour interroger l'accusé.

L'affaire immobilière des Hauts-de-Seine. Un terrain a été racheté pour 295 millions de FF à une société liée qui l'avait elle-même acheté quelques jours auparavant pour 200 millions de FF à Elf. Les juges estiment qu'une partie de la plus-value de 95 millions a été versée sur le compte d'Alfred Sirven, en Suisse.

L'Afrique. Aucune accusation liée à l'Afrique n'a été retenue pour l'heure contre Alfred Sirven. Mais de nombreuses informations font état d'opérations douteuses entre Elf et certains pays. La plus grande affaire concerne sans doute l'Angola. Elf exploite ses immenses puits pétroliers mais des intermédiaires livreraient des armes au gouvernement ainsi qu'à la rébellion. Jean-Christophe Mitterrand, fils de l'ancien président François Mitterrand, vient d'être inculpé pour trafic d'armes avec l'Angola. L'ancien numéro deux d'Elf détiendrait sans doute de précieuses informations sur cette affaire.