L’essentiel

Dans le monde et en Suisse, l'an nouveau a été célébré de manière plus marquée qu'en 2021, mais avec modération.

Vendredi, l'Office fédéral de la santé publique a annoncé le raccourcissement de la durée de quarantaine pour les personnes ayant eu un contact étroit avec un malade, de dix à sept jours. Vendredi et samedi, des cantons, dont la plupart des romands, ont annoncé qu'ils s'y rallient.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi.


■ Zoug réduit la quarantaine, après plusieurs cantons romands

A Zoug, la quarantaine est réduite de 10 à 7 jours, conformément aux recommandations publiées vendredi par l'Office fédéral de la santé publique. Le Tessin, Genève, Bâle-Ville, Vaud, le Valais et le Jura ont déjà annoncé suivre cette règle.

Cet assouplissement doit permettre d'atténuer les conséquences de la pandémie sur la société. La mesure s'applique aux personnes qui vivent dans le même ménage que la personne contaminée ou qui ont été en contact étroit avec elle. La quarantaine est levée après sept jours si aucun symptôme n'est apparu. Aucun test n'est nécessaire.


■ En image. un aéroport américain encore dans la crise

Une image prise à l'aéroport de Dallas, Texas, hier, le 31 décembre 2021. L'établissement multiplie les plaques de plexiglas pour isoler les files d'attente. Au début de la semaine, les compagnies aériennes ont annulé environ 4000 vols à destination, en provenance ou à l’intérieur des États-Unis pour cause de manque de réservations ou d'absence parmi les personnels.


■ Nuria Gorrite testée positive

La conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite, qui préside le gouvernement, a été testée positive. Elle est placée en quarantaine jusqu'au lundi 6 janvier. La Chancellerie parle de «symptômes légers». Elle ajoute: «Vu la période actuelle de pause officielle et s’agissant d’une contamination survenue dans la sphère privée, cette situation n’entraîne aucune mise en quarantaine dans l’entourage professionnel de Mme Gorrite ni au sein du Conseil d’Etat.»


■ Il faudra vivre avec le virus, assure un ministre

Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a indiqué ce samedi que de nouvelles restrictions n'interviendraient qu'«en tout dernier ressort» en Angleterre malgré une déferlante des cas Omicron, estimant qu'il fallait apprendre à «vivre avec» le coronavirus.

Le Royaume-Uni, l'un des pays les plus touchés avec plus de 148 600 morts de la pandémie, enregistre tous les jours des records de contaminations (plus de 189 000 en 24 heures vendredi). Les hospitalisations sont en hausse aussi, même si les autorités soulignent pour l'instant que le variant Omicron semble provoquer des formes moins sévères que le Delta.

«Le nombre (de personnes) dans les unités de soins intensifs sont stables et ne suit pas pour l'instant la trajectoire que nous avions vue l'an dernier à cette période durant la vague Alpha», a indiqué Sajid Javid dans une tribune publiée dans le Daily Mail.

«Les restrictions à notre liberté ne doivent intervenir qu'en tout dernier ressort», ajoute Sajid Javid dans le tabloïd. Soulignant «l'énorme coût sanitaire, social et économique des confinements», il estime qu'il fallait se donner les moyens de «vivre avec virus» grâce à la vaccination, à un arsenal de traitements et au dépistage massif.


■ La France impose le masque dans les transports et les gares dès 6 ans

En France, le port du masque va être obligatoire dès 6 ans à partir de lundi dans les transports et pour les déplacements dans les restaurants, selon un décret paru samedi au Journal officiel que relaie l'AFP. Cette obligation concernait jusqu'à présent les enfants à partir de 11 ans.

Elle va s'appliquer dans les transports collectifs, bateaux, avions, et véhicules (dont les taxis et VTC), ainsi que dans les gares, stations de transports publics et aérogares, précise le décret. L'accès à ces espaces et moyens de transports «est refusé à toute personne qui ne respecte pas cette obligation».


■ Israël a commencé à administrer la quatrième dose

Un an après avoir lancé une première campagne de vaccination, Israël a commencé vendredi à administrer une 4e dose de vaccin à des personnes vulnérables. Cela dans l'espoir d'atténuer les effets d'une nouvelle vague liée à la propagation du variant Omicron.

Les autorités sanitaires ont donné jeudi le feu vert à la 4e dose pour les personnes immunodéprimées à la suite de la campagne de doses de rappel à l'été 2021.

Dès le matin, des doses ont été administrées à l'hôpital Sheba, situé à Ramat Gan en banlieue de Tel-Aviv, chez des patients ayant subi des transplantations cardiaques par exemple.


■ Un 31 décembre calme en Suisse

L'agence ATS a fait un pointage post-réveillon de la Saint Sylvestre. Pour le passage à 2022, les polices cantonales ont passé une soirée et une nuit relativement calmes.

Pendant la nuit du Nouvel An, les forces de l'ordre ne sont pas intervenues davantage que lors de soirées de week-ends habituelles, a indiqué un collaborateur de la police municipale de Zurich. Même son de cloche à Soleure et Saint-Gall, où les interventions policières n'ont pas excédé la charge routinière.

Que ce soit en Suisse romande ou alémanique, les polices cantonales n'ont pas rapporté d'incidents particuliers sur Twitter ou par des communiqués.


■ New York a tenu à fêter l'an nouveau

Malgré le Covid qui frappe à nouveau New York, la ville a fêté le Nouvel An sur l'emblématique Times Square au cœur de Manhattan, avec sa célébrissime descente de la boule, son compte à rebours et son lâcher de confettis.

L'an dernier, après de terribles mois d'épidémie de coronavirus, l'événement haut en couleurs et en musique s'était tenu sur une place de Times Square quasiment vide. Cette année, le maire de New York Bill de Blasio a tenu sa promesse de renouer avec la fête et, à 23h59, a déclenché le compte à rebours devant une foule limitée à 15 000 personnes, au lieu des 60 000 habituels, toutes masquées et vaccinées.