Une explosion de très forte intensité a provoqué la mort d'au moins 20 personnes et en a blessé 85 autres, hier, dans la banlieue de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan. Sur le coup des 12 h 30, la déflagration a soufflé les entrepôts de l'Organisation non gouvernementale UCLA spécialisée dans l'entretien des routes et la construction de ponts, et endommagé ou détruit une cinquantaine de maisons dans un périmètre de 500 mètres. La plupart des victimes sont des habitants du quartier.

Il s'agirait d'un attentat suicide à la voiture piégée selon le commandant militaire de la région, Hazrat Ali, cité par l'AFP: «Je viens juste de me rendre sur place et je suis cent pour cent certain que ce n'était pas un accident. J'ai vu des fils et des restes de détonateurs.» L'auteur de l'attentat aurait eu pour cible un barrage électrique situé à 400 mètres de l'épicentre de l'explosion. «Nous avons reçu des informations selon lesquelles il y aurait une violente explosion dans cette zone, explique le commandant. C'est le travail de terroristes et d'ennemis de l'Afghanistan.»

D'autres sources, plus tôt dans la journée, évoquaient la possibilité d'un accident alors que l'armée américaine parlait d'une attaque par un camion suicide. Le vice-gouverneur de Jalalabad, Mohammad Asif Qazizada, excluait pour sa part l'hypothèse d'un acte de sabotage ou de terrorisme.

Jalalabad était le fief du vice-président afghan Haji Abdul Qadir, assassiné le 6 juillet à Kaboul. En avril, le ministre de la Défense Mohammed Qassim Fahim avait échappé dans cette ville à une tentative d'attentat. Les actes de violences se sont multipliés ces derniers jours dans l'ensemble de l'Afghanistan. Le président Hamid Karzai avait échappé à un attentat le 29 juillet. Deux personnes soupçonnées de lien avec Al-Qaida avaient alors été arrêtées.