Après l’adoption de ce texte destiné à contrer la Chine sur la question de l’innovation technologique.au Sénat américain, Pékin a accusé mercredi Washington d’exagérer une soi-disant «menace chinoise». Ce «projet de loi révèle l’égocentrisme paranoïaque» des Etats-Unis, a fustigé la commission des Affaires étrangères du Parlement chinois, citée par l’agence de presse Chine nouvelle.

Alors que Joe Biden entame ce mercredi son voyage en Europe, ses yeux restent rivés sur le Capitole. Et une nouvelle le réjouit particulièrement: le Sénat a approuvé mardi soir un projet de loi «historique» pour contrer la menace économique de la Chine. Le plan prévoit des investissements de plus de 200 milliards de dollars dans les domaines de la science, des technologies et de la recherche. Avec un but principal: encourager la production aux Etats-Unis de puces et de semi-conducteurs, qui jusqu’ici sont essentiellement fabriqués en Asie. Ce volet-là sera stimulé par l’injection de 52 milliards de dollars sur cinq ans.

Une rare unité

Le Sénat a adopté ce plan de 2400 pages par 68 voix contre 32. Le président démocrate ne pourra le promulguer que lorsque la Chambre des représentants l’aura également avalisé. Mais le message est fort: cette fois, alors que le Congrès est plus polarisé que jamais, et que Joe Biden peine à faire adopter son titanesque plan d’infrastructures, républicains et démocrates s’unissent contre un «ennemi» commun: la Chine. Côté démocrate, Bernie Sanders est le seul à s’être opposé au texte. Côté républicains, 19 sénateurs ont décidé de voter avec les démocrates. Joe Biden a très vite salué la décision du Sénat. «Au moment où d’autres pays continuent à investir dans leurs propres activités de recherche et de développement, nous ne pouvons pas prendre du retard. L’Amérique doit conserver sa position de nation la plus innovante et productive au monde», a-t-il insisté.