Diplomatie

Un plan de paix pour la Syrie approuvé à l'ONU

Plus de quatre ans après le début du conflit, les grandes puissances sont finalement parvenues à s’entendre pour adopter une résolution entérinant un plan de paix américano-russe. Le sort de Bachar el-Assad reste flou

Les 15 membres du Conseil se sont mis d'accord à l'unanimité. Pour le secrétaire d'Etat John Kerry, qui présidait la séance, ce texte «envoie un message clair à tous pour dire qu'il est temps de mettre fin aux tueries en Syrie».

Il s'est dit «sans illusions» sur la difficulté de la tâche mais a salué un «degré d'unité sans précédent» de la part des grandes puissances pour trouver une solution politique en Syrie.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a salué «la première résolution qui se concentre sur les moyens politiques de résoudre la crise». «C'est un pas très important qui nous permet de progresser» vers une solution, a-t-il ajouté.

Lire: Essayons d'être optimistes pour la Syrie

Il a affirmé que les Nations unies «était prêtes» à jouer leur rôle pour organiser les négociations de paix, mettre en place et surveiller le cessez-le-feu.

Une réunion entre gouvernement syrien et opposition demandée

Le Conseil demande à l'ONU de «réunir des représentants du gouvernement syrien et de l'opposition afin qu'ils entament des négociations formelles sur un processus de transition politique de manière urgente, avec pour objectif de commencer ces discussions au début janvier 2016».

Le texte reprend tous les éléments de la feuille de route mise au point par les grandes puissances lors de leurs réunions en octobre et novembre à Vienne.

Outre la rencontre entre opposition et régime et un cessez-le-feu, la feuille de route de Vienne prévoit un gouvernement de transition dans les six mois, ainsi que des élections dans les 18 mois.

La France veut le départ de Bachar el-Assad

«Comment un homme pourrait-il rassembler un peuple qu'il a en grande partie contribué à massacrer», a déclaré le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius, peu après que le Conseil de sécurité de l'ONU eut adopté à l'unanimité une résolution qui entérine un ambitieux plan de paix pour la Syrie.

«Tant que persistera la gouvernance actuelle de Bachar el-Assad, une réconciliation véritable et durable entre la population et l'Etat syrien apparaît hors de portée», a ajouté M. Fabius. Il a réclamé la «mise en place d'une transition effective qui implique le transfert à une autorité de transition des pleins pouvoirs exécutifs, notamment le contrôle sur l'appareil militaire et sécuritaire, comme le prévoit le Communiqué de Genève».

A lire:

Publicité