La police fédérale américaine (FBI) a identifié, mercredi, l’auteur de l’attaque au couteau de la veille contre un policier du Pentagone. La police n’a mentionné aucun motif possible de cette attaque, précisant qu'Austin William Lanz a « sans provocation » poignardé l’officier de la Force de protection du Pentagone George Gonzalez. L'assaillant avait un casier judiciaire lourd, selon des médias locaux. Il avait notamment déjà attaqué un policier, proféré des menaces terroristes et commis un cambriolage. Selon le quotidien local Atlanta Journal-Constitution, il était en liberté provisoire et un juge avait ordonné une évaluation de son état mental et de ses addictions.

Le Pentagone a été placé en état d'alerte, mardi matin, pendant une heure et demie en raison d'une fusillade à proximité, selon les services de sécurité du ministère américain de la Défense. Un policier a été tué. «La Force de protection du Pentagone déplore la perte tragique d’un officier de police du Pentagone, tué lors de l’incident de ce matin à la station d’autobus du Pentagone», a indiqué dans un communiqué cette unité civile qui assure la protection du bâtiment.

Selon un responsable du ministère de la Défense ayant requis l’anonymat, le policier est décédé des suites de blessures à l’arme blanche et son assaillant a été tué par balle.

«L’incident est terminé, la zone est sécurisée, et le plus important, c’est que notre communauté n’est plus menacée», a commenté devant la presse le chef de cette force, Woodrow Kusse.

Des circonstances floues

Les employés ont été appelés par haut-parleur à rester à l'intérieur du bâtiment vers 10h40 (14h40 en Suisse) après que plusieurs coups de feu ont été entendus à la station de bus qui se trouve près du célèbre bâtiment en banlieue de Washington.

L'état d'alerte a été levé vers 12h10 mais les issues de la station de métro et de la station d'autobus les plus proches du Pentagone restaient fermées jusqu'à nouvel ordre. Les circonstances de l'incident restaient peu claires, le Pentagone est resté très discret.

«Le Pentagone est actuellement en état d'alerte en raison d'un incident à la station de transit», avait tweeté la force de protection de l'armée américaine, appelant le public à éviter la zone.

Une enquête en cours

La force de protection n'a pas précisé s'il y avait des blessés mais les services d'urgence d'Arlington, la commune où se trouve le siège du ministère de la Défense et du commandement de l'armée américaine, ont indiqué que «plusieurs patients» avaient été pris en charge sur place. La chaîne de télévision locale WUSA montrait mardi plusieurs ambulances et véhicules de police devant le Pentagone.

Le ministre de la Défense Lloyd Austin «ne se trouvait pas dans le bâtiment au moment de l'incident», a indiqué son porte-parole John Kirby. Lloyd Austin a ordonné de mettre les drapeaux du Pentagone en berne pour rendre hommage au policier tué. «Ce policier est mort dans l’exercice de ses fonctions, protégeant les dizaines de milliers de personnes qui travaillent quotidiennement dans le Pentagone ou qui le visitent», a-t-il indiqué dans un communiqué. Il a souligné qu’une enquête était en cours pour «déterminer les circonstances de l’incident».

Lloyd Austin et le chef d'état-major, le général Mark Milley, se trouvaient à la Maison-Blanche pour une réunion hebdomadaire avec le président Joe Biden.