L'islam, source principale du droit irakien? La question tente nombre de constituants. Au point de menacer le droit des femmes: le projet de constitution irakienne serait en régression dans ce domaine, selon le New York Times. D'après le quotidien, qui s'est procuré un extrait du texte en préparation, les droits des femmes seraient garantis tant qu'ils demeurent en accord avec la charia, la loi coranique. Autrement dit: obligation pour une femme de demander à sa famille la permission de se marier; possibilité pour le mari de prononcer le divorce en répudiant trois fois à voix haute son épouse en sa présence. En matière de mariage, divorce et héritage, un tribunal jugerait en fonction du droit religieux. Cette disposition du texte constituant marque un changement notable avec l'actuelle Constitution provisoire, exempte de toute référence explicite à la loi religieuse. En outre, elle illustre la tendance à vouloir imprimer la marque de la religion au texte final; une nouvelle loi fondamentale garante de l'islam comme source principale du droit national.