Jusqu’à tard dans la nuit du lundi 9 décembre, les députés de la Chambre basse du parlement indien ont âprement débattu un projet de loi polémique. Dans un hémicycle bondé, l’opposition a tenté, en vain, de contrer un projet de réforme sur l’attribution de la citoyenneté. L’amendement proposé permettrait de naturaliser les Indiens des minorités religieuses qui sont originaires d’Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh, et qui, pour la plupart, vivent en Inde depuis longtemps. A l’exception des musulmans, qui resteront sans papiers et passibles, en théorie, d’être arrêtés.