scandale

Un quotidien turc affirme avoir eu accès à des enregistrements sonores de l’assassinat de Jamal Khashoggi

Selon le journal turc «Yeni Safak», le journaliste saoudien a été torturé puis décapité à l’intérieur du consulat. Dans le cadre de l’enquête, des enquêteurs turcs ont perquisitionné mercredi la résidence du consul d’Arabie saoudite à Istanbul

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été torturé avant d’être décapité dans le consulat de son pays à Istanbul, a affirmé mercredi le quotidien turc Yeni Safak.

Indiquant avoir eu accès à des enregistrements sonores de ce qui s’est déroulé ensuite, le journal explique que M. Khashoggi a été torturé au cours d’un interrogatoire et que ses doigts ont été coupés par des agents saoudiens. Il aurait ensuite été décapité.

C’est la première fois qu’un média turc dit avoir eu accès à de tels enregistrements. Selon le quotidien, le consul saoudien Mohammad al-Otaibi peut être entendu sur l’un des enregistrements. On l’entendrait dire: «Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes.» Ce à quoi un individu non identifié lui répond: «Si tu veux vivre quand tu reviens en Arabie saoudite, tais-toi.» Mohammad al-Otaibi a quitté Istanbul mardi.

Perquisition à la résidence du consul saoudien à Istanbul

Des enquêteurs turcs ont perquisitionné mercredi la résidence du consul d’Arabie saoudite à Istanbul dans le cadre de l’enquête sur la disparition du journaliste Jamal Khashoggi. Aucune information n’a filtré sur l’opération menée en présence de l’équipe d’enquêteurs dépêchée sur place par l’Arabie saoudite, selon CNN Türk. Les enquêteurs sont également retournés au consulat saoudien d’Istanbul.

Le même jour, le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, qui a fait une brève escale à Ankara au lendemain d’une visite à Riyad, où il a rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, a proposé à la Turquie l’aide des Etats-Unis. Le chef de la diplomatie américaine a également rencontré son homologue Mevlüt Cavusoglu, qui a qualifié l’échange de «bénéfique et fructueux», sans autre précision.

Mike Pompeo a déclaré par la suite aux journalistes qui l’accompagnent que Recep Tayyip Erdogan s’était félicité de la coopération de l’Arabie saoudite: «Il a indiqué clairement que les Saoudiens coopèrent à l’enquête menée par les Turcs et que ces derniers vont aussi partager les informations dont ils disposent avec les Saoudiens.»

La réaction du «Washington Post»

Par ailleurs, le quotidien Washington Post a accusé Donald Trump et son gouvernement de mener une «opération de nettoyage diplomatique» pour préserver Riyad et le prince héritier Mohammed ben Salmane. Dans un texte signé par le comité de rédaction du journal et intitulé «Pourquoi l’administration Trump fait-elle le ménage pour le compte de l’Arabie saoudite?», le Washington Post réclame une enquête indépendante sur la disparition du journaliste saoudien.

«Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, qui arborait un large sourire en saluant le prince héritier Mohammed ben Salmane, semblait moins enclin à établir la vérité qu’à aider le dirigeant saoudien de facto à échapper à la crise qu’il a provoquée», a assené le journal.

«Les Saoudiens sont en train de préparer une version de l’histoire attribuant le meurtre de M. Khashoggi aux excès d’une équipe envoyée pour l’interroger. Cela permettrait d’éloigner la responsabilité du prince héritier, qui aurait en fait ordonné et supervisé l’opération. Jusqu’à ce que l’entière vérité sur M. Khashoggi soit dévoilée, les entreprises américaines devraient éviter le régime saoudien et le Congrès devrait bloquer toutes les ventes militaires», a-t-il conclu dans l'article.

A ce sujet: Des «tueurs voyous»? La «version officielle» qui expliquerait la disparition de Khashoggi

Dénégations de Donald Trump

Donald Trump a nié chercher à couvrir ses alliés saoudiens dans l’affaire de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi. «Non, pas du tout, je veux juste savoir ce qui se passe», a dit le président américain à des journalistes à la Maison-Blanche. «Je ne couvre pas du tout les Saoudiens», a-t-il insisté.

Donald Trump a aussi déclaré s’attendre à ce que la vérité sur la disparition, à l’intérieur du consulat d’Arabie à Istanbul, du journaliste saoudien soit connue «d’ici la fin de la semaine». Il avait peu avant souligné que les Etats-Unis avaient besoin de l’Arabie saoudite dans la lutte contre le terrorisme et insisté une nouvelle fois sur la coopération militaire et sa dimension économique.

Publicité