La catastrophe s’est produite au pied du plateau tibétain, dans la province du Sichuan, une région de forte activité tectonique déjà lourdement endeuillée en 2008 par un puissant séisme, selon les agences.

Le bilan est très lourd. Dimanche matin, les agences parlent d’au moins 179 morts, 24 disparus et et 11.500 blessés», a indiqué l’agence de sismologie nationale citée par l’organe de presse Nouvelles de Chine.

La secousse tellurique a duré une trentaine de secondes, son épicentre étant situé près de la ville de Ya’an. Elle a surpris la population juste après 08H00 (00H00 GMT), et de nombreux habitants se sont précipités dehors encore en pyjama, beaucoup de gravats encombrant les rues.

Plus de 24 heures après la secousse tellurique de magnitude 6,6 qui a détruit une dizaine de milliers d’habitations dans cette région montagneuse et très peuplée, les blessés continuaient d’affluer dans les hôpitaux submergés, accueillis la plupart sous des tentes dressées pour l’occasion.

Les édifices bâtis dans les zones rurales chinoises sont souvent construits avec des matériaux de qualité médiocre et les normes antisismiques rarement respectées.

Plus de 17.000 militaires et policiers ont été dépêchés en urgence, renforçant les secouristes déjà sur place pour les opérations de sauvetage.

Le nouveau président chinois, Xi Jinping, a demandé des efforts tous azimuts pour venir en aide aux victimes.

La province du Sichuan, une des plus peuplées de Chine avec 80 millions d’habitants, avait été frappée en mai 2008 par un tremblement du terre dévastateur qui avait fait quelque 87.000 morts et disparus.

L’agence de presse officielle Chine nouvelle a indiqué que le séisme de samedi avait atteint une magnitude de 7, alors que l’Institut de géophysique américain (USGS) l’a estimé à une magnitude de 6,6. La profondeur a été évaluée à 12 km, une faible distance qui favorise l’ampleur des dommages.

L’heure est aux secours, mais aussi aux enterrements: dans le village de Longmen, un père de 42 ans, Wu Yong, a suivi en larmes le cercueil de son fils unique âgé de 15 ans, entouré d’amis du village. Sa femme s’est effondrée de douleur dans la rue.

Le père a raconté à l’AFP comment il s’est précipité dans la chambre de son fils au moment du séisme. Trop tard, l’enfant est mort sous les décombres: «Je n’ai pas pu l’aider», déplorait-il dit en sanglotant.

L’accès des secours était retardé par d’interminables embouteillages sur les routes menant à la zone, certains long de plus de 20 kilomètres.

Peu après le tremblement de terre de 2008, la mauvaise qualité de construction des bâtiments scolaires dans le Sichuan avait suscité un véritable tollé.

La Chine est un pays coutumier des tremblements de terre, même si la population y est nettement moins sensibilisée au risque sismique qu’au Japon.

Elle a notamment été le théâtre du séisme souvent considéré comme le plus meurtrier de l’Histoire, dans la région de Tangshan (nord-est), en 1976, avec au moins 242.000 morts officiellement, et jusqu’à 700.000 selon d’autres sources(AFP).