Mandaté en mai 2020 par l’Assemblée mondiale de la santé pour évaluer l’action de l’OMS et des Etats face au Covid-19, le Groupe indépendant sur la préparation et la riposte à la pandémie, présidé par l’ex-présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf et l’ex-première ministre néo-zélandaise Helen Clark, a livré son rapport final mercredi. Il avance quelques chiffres qui interpellent. Globalement, au moins 17 000 membres du personnel médical sont morts du SARS-CoV-2. Le recul de la production mondiale devrait se chiffrer à 10 000 milliards de dollars pour 2021 et à 22 000 milliards d’ici à 2025. Au pic de la pandémie en 2020, 90% des enfants scolarisés ne pouvaient pas aller à l’école. Dix millions de filles supplémentaires courent le risque de subir un mariage forcé à cause du covid.

Alerte trop tardive

Sur cette toile de fond, le rapport du groupe indépendant tire la sonnette d’alarme et émet des recommandations pour l’avenir. Cette situation sanitaire et socio-économique désastreuse qui renvoie à la Seconde Guerre mondiale voire à la Grande Dépression des années 1930 «aurait pu être évitée», constate Helen Clark. Ces dernières années, plusieurs épidémies (SRAS, H1N1, MERS, Ebola, Zika) ont donné lieu à de multiples rapports et expertises qui ont été en grande majorité ignorés.