mobilisation

Un site web pour sauver Aung San Suu Kyi

Desmond Tutu, Brad Pitt, David Beckham ou encore Amnesty International font partie des parrains d’un nouveau site web lancé aujourd’hui pour obtenir la libération de l’opposante birmane, actuellement jugée.

Le site www.64forsuu.org s’est monté en quelques jours, avec le soutien de grandes organisations de défense des droits de l’homme comme Amnesty International ou l’Institut Open society de George Soros. Il demande en fait la libération de tous les prisonniers politiques de Birmanie, qui seraient environ 2100 selon les estimations. Il est officiellement lancé ce mercredi 27 mai, date de l’expiration de l’assignation à résidence de l’opposante (qui de fait a reçu hier la notification de la fin de cette assignation), et surtout, date anniversaire de l’élection générale de 1990. Ce scrutin avait été très largement remporté par la Ligue nationale pour la démocratie d’Aung San Suu Kyi, mais ses résultats n’ont jamais été acceptés par les militaires. C’est à cette époque qu’elle est devenue l’opposante en chef pour le régime, qui lui a fait passer 13 des 19 dernières années en prison ou en résidence surveillée.

Le principe est d’accueillir toutes les contributions de ceux qui veulent soutenir Aung San Suu Kyi et ses compagnons d’infortune. Le site s’intitule «64 for Aung San Suu Kyi» parce qu’il incite les internautes à notamment écrire des messages en 64 mots, que les promoteurs du site voudraient pouvoir lui remettre le 19 juin, date de son 64e anniversaire. Les messages des anonymes voisinent avec ceux de personnalités plus connues, comme George Clooney ou Gordon Brown.

Le but est officiellement d’amasser le plus de contributions possibles pour augmenter la pression sur les généraux de Rangoon. Les autorités birmanes, qui ne réagissent généralement pas aux appels même venant de l’ONU, apprécieront. Ses avocats pourront au moins témoigner à Aung San Suu Kyi que le monde ne l’oublie pas.

Publicité