Ce serait beaucoup trop dire que Nicolas Sarkozy fascine les radicaux romands, mais on peut avancer que sa conquête de l'UMP, de même que la fulgurance de sa carrière politique excite leur intérêt, si ce n'est leur envie. Comme le relève l'un d'entre eux, l'ambition de regrouper les composantes d'une droite bourgeoise moderne est commune aux deux partis. Une délégation du PRDS se rendra précisément à Paris ce week-end pour assister à l'assemblée de l'UMP. Ce n'est pas une première. Ces contacts à la fois superficiels et épisodiques avec les avatars successifs du parti gaulliste constituent l'essentiel des relations internationales du PRDS. Hormis le vieux renard qu'est le Valaisan Adolphe Ribordy, ladite délégation regroupera des représentants de la génération montante dans les rangs du parti, qui se reconnaît plus dans le relativement jeune loup Nicolas Sarkozy que dans le patriarche Jacques Chirac. Le meurtre du père est du reste une figure imposée dans le fonctionnement du Parti radical.