Le président Dmitri Medvedev a qualifié de «crime» le drame qui a fait 109 morts, selon le parquet russe, et a décrété le deuil national lundi.

Selon le ministère des Situations d’urgence, l’incendie s’est déclaré lorsque «du matériel pyrotechnique a explosé».

»Ceux qui ont organisé ces feux d’artifice n’ont ni cerveaux, ni scrupules et manifestent une indifférence totale à l’égard de ce qui se passe», a lancé Dmitri Medvedev en parlant avec le ministre des Situations d’urgence, Sergueï Choïgou.

Ce dernier a indiqué que le restaurant, qui fait aussi office de night-club le week-end, s’est vu déjà infliger deux fois des amendes pour non-respect des normes anti-feu.

Le Premier ministre Vladimir Poutine a présenté ses condoléances aux familles des victimes de «cette catastrophe monstrueuse». «Il faut mener une enquête minutieuse et punir les coupables», a-t-il souligné, selon un communiqué du gouvernement.

Plus de 80 blessés, souffrant de brûlures au second degré et d’intoxications au monoxyde de carbone, sont dans un état très grave, selon le ministère local de la Santé à Perm, une ville située à 1.400 kilomètres à l’est de Moscou.

Environ 230 convives, dont de nombreux employés de l’établissement, fêtaient le huitième anniversaire du restaurant lorsque le drame a éclaté vers 01H15 (20H15 GMT vendredi), a expliqué la police.

»Des feux d’artifice ont été tirés et l’un d’entre eux a touché un plafond (synthétique), enflammant tout. Les gens ont paniqué et sont morts brûlés, bousculés ou intoxiqués», a déclaré le ministre local des Situations d’urgence, Igor Orlov.

Une habitante a raconté comment la fille de ses amis, et la plupart des rescapés, ont fui par une porte de derrière. «Les lumières se sont éteintes et elle a rampé jusqu’à une issue, à l’arrière. Ses vêtements étaient carbonisés», a confié Nelly.

Les fenêtres du bâtiment d’un étage en briques rouges ont été brisées mais elles étaient trop étroites pour pouvoir s’y faufiler, a constaté un journaliste de l’AFP.

Selon une source au sein des forces de l’ordre citée par l’agence Interfax, «les organisateurs de la fête ont décidé de faire une démonstration de +feux d’artifice froids+, réputés sûrs».

Les pompiers sont arrivés en quelques minutes, a indiqué le ministère des Situations d’urgence, et l’incendie a été maîtrisé en une heure.

»Ce n’est en aucun cas un acte terroriste, je peux le dire à 100%», a déclaré un porte-parole du comité d’enquête du parquet, Vladimir Markine.

Un des propriétaires et la directrice du restaurant ont été interpellés pour non respect des règles de sécurité en matière de feux d’artifice, a-t-il précisé.

»Quand ils ont ouvert, ils ont obtenu une autorisation. Comment ont-ils pu l’obtenir?», s’indignait Tamara Chougaïeva, pressée derrière un cordon de police.

Une source policière, citée par Ria Novosti, n’a pas exclu toutefois une intention criminelle, en faisant état d’une «série d’indices».

L’incendie de Perm est le plus grave de ces dernières années en Russie, où les catastrophes dans des maisons de retraite, établissements médicaux et écoles sont fréquentes en raison de la vétusté des installations et d’une sécurité défaillante.

Cette nouvelle catastrophe intervient une semaine après l’attentat contre le train Nevski Express, reliant Saint-Pétersbourg à Moscou, qui a fait 26 morts.