Un homme de 33 ans a tiré et lancé des grenades sur la foule mardi sur la place la plus animée de Liège (sud-est de la Belgique), tuant trois passants et en blessant plus d’une centaine avant de trouver la mort dans des circonstances encore floues. Le bilan pourrait encore s’alourdir car «cinq blessés luttent pour leur vie», a indiqué dans la soirée la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet.

Citant des sources médicales, des médias ont annoncé qu’un jeune de 20 ans et un bébé hospitalisés n’avaient pas survécu. Mais ces décès qui porteraient à six le nombre de morts de la fusillade n’ont pas été confirmés de source officielle. Les autorités ont recensé au total 123 blessés, la plupart par des éclats de verre après la destruction des abribus.

«Un acte isolé»

Cette fusillade, qui a profondément choqué la Belgique, n’a apparemment aucun lien «avec le terrorisme» mais est «un acte isolé aux conséquences dramatiques», a déclaré Joëlle Milquet. Le tireur était un Liégeois «bien connu des services de police», a indiqué le procureur du Roi, Danielle Reynders.

Cet homme, déjà condamné pour possession d’armes et pour des affaires de recel, de stupéfiants et de mœurs, avait été convoqué mardi «pour une audition dans un service de police». Mais au lieu de s’y rendre, il a revêtu un treillis et s’est armé d’un fusil automatique léger, d’un revolver et de grenades avant de rejoindre à la mi-journée la place Saint-Lambert, où est situé notamment le palais de justice, à proximité d’un marché de Noël très fréquenté.

«Je sortais du palais de justice. J’ai vu un homme faire un grand mouvement avec les bras en lançant quelque chose vers les abribus. J’ai entendu une explosion», a raconté Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène. L’homme s’est «retourné, a pris un autre objet, l’a dégoupillé. J’ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J’ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes», a-t-il ajouté.

Population sous le «choc»

«Le bilan est très lourd», a déclaré Joëlle Reynders. Un garçon de 15 ans a été tué sur le coup tandis qu’un adolescent de 17 ans et une femme de 75 ans sont décédés des suites de leurs blessures à l’hôpital.

Les circonstances de la mort du tireur n’avaient pas été formellement établies en fin d’après-midi. Certains témoins ont indiqué qu’il s’était suicidé en se tirant une balle dans la tête.

Le roi des Belges, Albert II, et son épouse Paola se sont rendus sur les lieux, de même que le nouveau premier ministre Elio Di Rupo. «Il n’y a pas de mots pour exprimer cette tragédie», a déclaré ce dernier. «Le choc de la population est compréhensible, mais j’insiste: c’est un acte isolé.»

La place Saint-Lambert est l’un des lieux les plus animés de Liège, qui compte près de 200 000 habitants. Comme dans toutes les villes belges, elle accueillait depuis plusieurs jours un village de Noël.