Le premier magistrat à être écarté quand les soupçons de corruption à l'égard du Kremlin sont devenus de notoriété publique fut le procureur général Iouri Skouratov. Ensuite, c'est son adjoint Mikhaïl Katichev qui a été remercié. Vendredi, le juge d'instruction Gueorgui Tchouglazov a subi le même sort. Tchouglazov a alors demandé d'effectuer au moins sa visite en Suisse prévue pour ce mardi. Mais il a reçu un ordre clair: il doit renoncer à son voyage. Pour faire bonne mesure, on lui a coupé le téléphone. «Vraisemblablement pour me couper du monde», a-t-il confié à NTV.

Tchouglazov a d'autre part confirmé l'exactitude des informations parues dans la presse occidentale: «98% de ce qu'on peut y lire se retrouve dans nos dossiers», a-t-il déclaré. La Mabetex a bénéficié d'avantages parce que certains proches de membres de la Direction des affaires présidentielles ont travaillé comme sous-traitants pour l'entreprise tessinoise, a laissé entendre Tchouglazov.