Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'envoyé spécial sud-coréen Chung Eui-yong a rencontré Kim Jong-un à Pyongyang. /KCNA VIA KNS /KCNA VIA KNS /AFP
© AFP / KCNA VIA KNS

Corée

Un troisième sommet intercoréen en septembre à Pyongyang

Au cours de ce face-à-face prévu du 18 au 20 septembre, les deux dirigeants coréens discuteront des «mesures pratiques» à prendre pour dénucléariser la péninsule. Kim Jong-un a réitéré son engagement en ce sens

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, et le président sud-coréen, Moon Jae-in, tiendront en septembre à Pyongyang leur troisième sommet pour discuter du désarmement nucléaire, a annoncé Séoul jeudi. Au cours de ce face-à-face prévu du 18 au 20 septembre, les deux dirigeants discuteront de questions comme «les mesures pratiques» à prendre pour dénucléariser la péninsule, a déclaré à la presse Chung Eui-yong, le conseiller à la sécurité nationale du chef de l’Etat sud-coréen. Les dates de la réunion ont été finalisées mercredi lors d’une visite à Pyongyang de Chung Eui-yong, qui a remis au dirigeant nord-coréen une lettre de Moon Jae-in.

Kim Jong-un s’est dit prêt à coopérer avec Séoul comme avec Washington sur la dénucléarisation, a poursuivi l’émissaire sud-coréen. Le leader nord-coréen «a exprimé sa ferme détermination en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne de même que l’intention de travailler étroitement avec les Etats-Unis […] pour réaliser cet objectif». L’agence officielle nord-coréenne KCNA a également rapporté que Kim Jong-un avait réitéré sa volonté de dénucléarisation.

Le dirigeant nord-coréen et le président sud-coréen se sont rencontrés à deux reprises cette année, en avril pour un sommet puis en mai. Les deux fois, ils se sont vus à Panmunjom, dans la zone démilitarisée qui sépare les deux pays, techniquement toujours en guerre. Ils s’étaient entendus pour que leur prochaine rencontre ait lieu cette fois à Pyongyang, la capitale nord-coréenne.

 

Lire aussi: A Singapour, le sommet de l’impossible

Une confiance assurée envers Donald Trump

Au cours d’un sommet historique, le 12 juin à Singapour, le président américain, Donald Trump, et Kim Jong-un étaient parvenus à un compromis très vague en faveur d’une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», dont les modalités et le calendrier avaient été repoussés à des négociations de suivi.

Mais les négociations de suivi entre Washington et Pyongyang patinent depuis des semaines, comme l’a encore illustré l’annulation surprise le mois dernier par Donald Trump d’un nouveau voyage en Corée du Nord de son secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

Lire aussi: Pyongyang n’a pas mis un terme à son programme nucléaire

Kim Jong-un «a dit qu’il y avait des difficultés dans les négociations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, mais sa confiance envers Donald Trump reste inchangée», a néanmoins assuré l’émissaire sud-coréen.

Plusieurs rapports, de l’ONU comme de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), ont cependant confirmé que le régime nord-coréen poursuivait des activités nucléaires, malgré les promesses faites à Singapour.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a