Pour Nestlé, l’eau ne coule pas de source aux Etats-Unis. Mardi, les habitants du comté de Hood River, dans l’Oregon (nord-ouest), ont accepté une proposition intitulée «Measure 14-55» pour empêcher la multinationale de construire une usine d’embouteillage qui aurait dû exploiter une source d’eau à proximité des gorges de la rivière Columbia.

Rassemblée au sein de la Water Alliance Coalition, une majorité de citoyens a refusé que Nestlé puise 380 millions de litres d’eau de l’Oxbow Springs. La multinationale comptait sur ce projet devisé à 50 millions de dollars (environ 49 millions de francs) pour accroître sa production sous la marque Arrowhead.

Bien que la ville de Cascade Locks censée accueillir l’usine connaisse un taux de chômage de 18,8% (février), les habitants du comté se sont opposés à un projet qui équivaudrait à privatiser une ressource naturelle pour alimenter les profits d’une multinationale. Les opposants ont invoqué aussi des questions environnementales (hausse du trafic de camions), l’eau restant une ressource essentielle pour cette région agricole. Les membres de la tribu indienne de Warm Springs estiment aussi que le projet aurait violé un site sacré.

Pour la multinationale, c’est un coup dur. Nestlé Waters North America ne cache pas sa déception. Son porte-parole Dave Palais relève que le vote de mardi ne sert pas les intérêts de Cascade Locks. 50 emplois auraient été créés. Mais, ajoute-t-il, «nous respectons le processus démocratique.» La multinationale n’a pourtant pas ménagé ses efforts et bénéficiait d’un large soutien des autorités municipales qui lui promettaient un forfait fiscal sur quinze ans. Un allégement fiscal qui a convaincu les habitants de Hood River que l’implantation de la société suisse n’allait pas être d’un grand apport pour la collectivité. Nestlé a dépensé 105 000,00 francs pour financer une campagne connue menée par la «Coalition for a Strong Gorge Economy».

Le premier don de 35 000 dollars versé à la coalition a d’abord été effectué par l’International Bottled Water Association dont Nestlé est membre avant que la multinationale précise que la contribution venait directement d’elle.

La bataille n’est sans doute pas terminée. Pour Nestlé, qui possède 29 usines d’embouteillages aux Etats-Unis et qui réalise à travers elles un chiffre d’affaires de 4,1 milliards de dollars (2014), ce n’est pas une première. L’an dernier, une pétition signée par plus de 150 000 personnes exigeait que Nestlé cesse d’embouteiller de l’eau de source dans le comté de San Bernardino dans un Etat, la Californie, confronté à l’une des pires sécheresses de son histoire.