Balade

Un voyage en mer Noire

«Le Temps» a traversé cette mer de tous les défis avec les ferries locaux. Balade en cinq étapes

Les ferries pour moyen de transport, les hommes et les frontières pour horizon: Le Temps a exploré les côtes de la mer Noire. Résumé de notre reportage, dont vous retrouvez les récits à chaque épisode.

1. Batoumi, la ville de marins

Un soir, à Batoumi, en Géorgie. «A ton avis, cette ville ressemble à une ville de marins?» Levan est assis à côté sur le trottoir, il fume, il boit. Autour de lui, on trinque, on chante et on attend. Demain, parmi ces corps en fête, certains prendront la mer, d’autres espéreront voir leurs maris passer le seuil de leur porte, d’autres encore s’installeront sur une terrasse, un yacht ou dans leur jardin et se souviendront de cette époque où, marins, ils arpentaient les mers. Batoumi est une ville de marins, oui.

Lire: Batoumi, port d’un soir

2. Sur une mer placide

Nous avions embarqué tard, la veille. Et ce matin, réveillés par une annonce automatique nous sommant d’aller manger, nous nous étions retrouvés autour d’un verre de vodka. Il était 8h du matin et le rythme était lancé pour une traversée de trois nuits. Entre Batoumi et Tchornomorsk, les heures se sont dilatées. Une mer placide nous entoure, nous fumons, nous buvons, nous mangeons et nous recommençons. A bord ce sont des camionneurs. Tatoués jusqu’au cœur, certains noient leur solitude dans le bleu de la mer Noire.

Lire: D’une rive à l’autre, une croisière dans le désert

3. Tchornomorsk, naguère URSS

Il y a un an, Tchornomorsk s’appelait Illyishevsk. Il y a dix-sept ans, nous aurions été en Union soviétique. Il y a trente ans, Daniil était capitaine de navire en Arctique. Pour lui, c’était le bon temps, l’aventure. Aujourd’hui, il est responsable d’un port privé dans l’estuaire du Sukhoi qui accueille le port de Tchornomorsk. Nous sommes à vingt kilomètres au sud d’Odessa, en Ukraine et de part et d’autre naissent les immeubles destinés à recevoir des hordes de touristes.

Lire: A Tchornomorsk, des baleines comme emblème et du poisson en collation

4. Le «Sea Partner», jusqu’à Istanbul

Ils sont trente-deux à s’occuper d’elle jour et nuit. Marins dévoués il la chérissent autant qu’elle les protège. Un échange de bons procédés, finalement. Le Sea Partner est un cargo transformé en ferry. Il parcourt la mer Noire en allers et retours de Tchornomorsk à Istanbul. Peu de passagers sont à bord, mais cela ne change en rien le travail des marins qui du pont à la cale s’affairent à faire reluire leur embarcation vieille de quarante ans.

Lire: En mer Noire, à bord du «Sea Partner», la tsarine des marins

5. Le Bosphore, le détroit des records

Le Bosphore est le détroit le plus parcouru du monde. Outre le nombre élevé de bateaux qui y transitent, il comporte des virages serrés et des goulets étroits qui rendent sa navigation délicate. L’équipe à bord du Sea Partner se divise en deux catégories: ceux qui, carburant au café et au thé turcs, pilotent et ceux qui, endorphine dans les veines, se musclent et s’entraînent avant l’arrivée au port.

Lire: «En devenant capitaine, le détroit du Bosphore m’a soudain paru plus étroit»

Publicité