Le président camerounais Paul Biya, 90 ans en février prochain et qui vient de fêter ses 40 ans de pouvoir à Yaoundé, s’est envolé pour Washington en fin de semaine dernière, après un crochet par Genève, son lieu de villégiature favori. Sa présence lors du sommet à Washington avec l’Afrique, qui se termine ce jeudi, illustre toutes les ambiguïtés de Joe Biden. Car le locataire de la Maison-Blanche veut par ailleurs repositionner les Etats-Unis comme le leader de la démocratie face à l’archirival chinois et, dans une moindre mesure, face à la Russie.