C’est un terrain vague en pente, sur la berge de la rivière Moskova, logé entre le parc Kolomenskoïe, très populaire parmi les Moscovites (il est classé «réserve naturelle»), et une voie de chemin de fer. Des bouleaux, de l’herbe folle et de singulières canalisations décrépites en béton, plongeant dans la terre meuble. Les promeneurs le traversent à pied ou à vélo, certains s’y arrêtent pour pique-niquer. Des SDF y ont érigé un camp. Mais en s’enfonçant dans la dense végétation estivale, on finit à un moment ou à un autre par tomber sur une pancarte jaune qui vous glace le sang: «Attention: radiations».

Lire aussi: Pollution radioactive: Moscou scrute le ciel