L'essentiel

Bayer a annoncé ce lundi matin qu'il produira aussi le vaccin de l'autre groupe pharma allemand CureVac.

Alors que la Commission européenne fait pression sur les producteurs, Pfizer et BioNTech ont promis une hausse des livraisons.

Retrouvez notre suivi de dimanche


■ Manifestation à Budapest

Dans la capitale hongroise ce lundi, sur la Place des héros, des patrons de restaurants, notamment, ont protesté contre les mesures covid.


■ Swiss réduit temporairement ses activités à Genève au «strict minimum»

La compagnie aérienne helvétique Swiss annonce dans un communiqué qu'«en raison du durcissement des restrictions de voyage annoncé par le Conseil fédéral le 27 janvier» elle a décidé de «réduire temporairement son exploitation aérienne à Genève au strict minimum jusqu’à fin février». Pour le mois de février, Swiss indique qu'elle ne proposera qu'environ «10% du programme de vols de 2019». Cette décision ne remet pas en cause «ses activités commerciales et opérationnelles à Genève sur le long terme» ajoute le communiqué. Les vols au départ de Zurich ont également été réduits. Les passagers dont les vols ont étés annulés peuvent changer leur réservation gratuitement ou de se faire rembourser.


■ Les variants n'ont pas encore d'impact sur le taux de reproduction

Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) la taux de reproduction du virus (R) était de 0,98 au 22 janvier. R a donc augmenté depuis la mi-janvier. Les variants ne sont toutefois pas responsables de cette hausse, affirme Tanja Stadler, statisticienne à l'EPFZ. Comme la proportion des infections causées par la mutation britannique est d'environ 10%, la valeur R est actuellement encore dominée par le virus d'origine. «Mais lorsque les contagions provoquées par les nouvelles variantes se situeront dans une moyenne à deux chiffres, nous verrons leur impact sur la valeur R», a précisé Tanja Stadler, qui est membre de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération.

En utilisant des chiffres du canton de Genève, des chercheurs suisses ont récemment calculé que les mutants britanniques et sud-africains seront dominants le 1er mars.


■ Dépistage massif et ciblé en Grande-Bretagne

Les autorités sanitaires britanniques ont lancé ce lundi une opération de dépistage massif dans huit zones de l'Angleterre où ont été détectés des cas de variant du coronavirus apparu en Afrique du Sud, certains sans lien établi avec un quelconque voyage.

Au total, les régions concernées (certaines zones de Londres, des West Midlands, de l'Est, du Sud-Est et du Nord-Ouest) représentent une population d'environ 80 000 personnes.

Il est vital que nous fassions tout ce que nous pouvons pour arrêter la transmission de ce variant

a souligné dans un communiqué le ministre de la Santé Matt Hancock, appelant tous ceux qui vivent dans les régions concernées à se faire tester, qu'ils présentent ou non des symptômes.


■ Le Jura baisse le rythme de ses vaccinations

Après le Valais et Berne, le Jura annonce à son tour que, faute de fioles, il doit baisser un peu le rythme de ses vaccinations. Le gouvernement écrit ce lundi qu'«avec quelque 120 injections réalisées quotidiennement dès le 18 janvier, la capacité du CEVAC devait rapidement passer à 500, voire 600 à 700 injections par jour. Le retard des livraisons des doses empêche cette augmentation du rythme de la vaccination».

Le canton assure à ceux qui ont reçu la première injection que la seconde leur est garantie.


■ 3775 nouveaux cas en trois jours

La Suisse compte lundi 3775 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Septante-huit décès supplémentaires sont à déplorer tandis que 161 malades ont été hospitalisés.

Lundi passé, pour les trois jours du week-end, les autorités affichaient 4320 nouveaux cas; le lundi précédent, 4703.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 63'152 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,98%.


■ L'Italie assouplit ses restrictions, le Colisée rouvre au public

A contre-courant de ses voisins européens, l'Italie a assoupli lundi les restrictions anti-Covid en vigueur dans la plupart de ses régions. Cette décisin a notamment permis la réouverture du Colisée et de la Chapelle Sixtine à Rome.

La grande majorité des régions italiennes sont désormais classées au niveau «jaune», c'est-à-dire à risque modéré, à l'exception du Haut-Adige (nord), de l'Ombrie (centre), des Pouilles, de la Sardaigne et de la Sicile (sud), classées en «orange» (risque moyen). Plus aucune région n'est classée «rouge», le niveau de risque le plus élevé.

Cet abaissement du niveau de risque, décidé sur la base de critères comme le taux d'occupation des services de réanimation ou le taux de reproduction du virus, permet entre autres la réouverture des bars et restaurants en journée et facilite les déplacements.

Les bars et restaurants, qui ne pouvaient jusqu'ici faire que de la vente à emporter, pourront accueillir des clients à leurs tables jusqu'à 18h00, mais en nombre limité et en respectant les règles de distanciation.

Les musées peuvent aussi rouvrir, mais seulement en semaine, pas le week-end, pour éviter les concentrations de personnes. Dès lundi, de hauts lieux du tourisme de la péninsule ont rouvert au public, comme le Colisée ou les Musées du Vatican, qui englobent la Chapelle Sixtine et ses fresques de Michel-Ange (aussi ouverts le samedi).


■ Bayer va produire le vaccin d'un autre

Le géant allemand de la pharmacie Bayer va produire dès 2022 le vaccin contre le Covid-19 développé par son compatriote CureVac, annonce le directeur de la branche pharmaceutique du groupe.

«Nous disposons des compétences nécessaires pour produire le vaccin mRNA de CureVac», a indiqué Stefan Oelrich lors d'une conférence en ligne, ajoutant que l'objectif était une production de 160 millions de doses en 2022.

Le produit de CureVac est actuellement «en voie de certification», a souligné le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, lors de cette même conférence de presse.


■ Une école fermée à Fribourg

L'école de Belfaux sera fermée toute la semaine, sur décision du médecin cantonal fribourgeois. Plusieurs cas de Covid-19 du variant dit «anglais» ont été découverts.

«A titre préventif, la décision a été prise de fermer les classes, l’accueil extrascolaire, la bibliothèque, les services de logopédie et psychologie ainsi que de la maternelle», indique l'établissement sur son site.

Ce week-end, le Valais a annoncé la fermeture d'une école, également en lien avec la découverte de cas assimilé au variant découvert en Grande-Bretagne.


■ Pfizer-BioNTech promettent une rallonge

BioNTech/Pfizer promettent jusqu'à 75 millions de doses supplémentaires à l'UE. Les deux partenaires comptent «augmenter les livraisons à partir de la semaine du 15 février» et fournir «la quantité de doses sur laquelle nous nous sommes engagés au premier trimestre», selon une note transmise à l'agence de presse AFP.

Cette annonce intervient le jour d'une réunion au sommet prévue entre les dirigeants allemands et plusieurs groupes pharmaceutiques pour tenter de relancer la campagne de vaccination, qui piétine en Allemagne comme dans de nombreux pays européens.


■ Un lundi de fronde dans les restaurants français

Après un mouvement comparable en Allemagne, Autriche et Suisse le 11 janvier, au tour de la France de pratiquer la fronde des restaurants. Ce lundi, des appels sont lancés à l'ouverture des enseignes malgré les mesures covid et le couvre-feu.

Sur RTL, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a tonné ce matin: les restaurants qui enfreignent les règles en ouvrant verront leur accès au fonds de solidarité «suspendu pendant un mois», et «définitivement» en cas de récidive, a annoncé lundi  sur RTL.


■ En pleine polémique à propos d'AstraZeneca, le gouvernement anglais commande aussi un autre vaccin

Le gouvernement britannique a exercé une option visant la fourniture de 40 millions de doses supplémentaires du candidat-vaccin contre le Covid-19 de Valneva pour 2022, portant à 100 millions le nombre total de doses commandées auprès du laboratoire franco-autrichien, selon un communiqué publié ce lundi.

Valneva et le Royaume-Uni avaient signé en septembre un partenariat portant sur un potentiel de 190 millions de doses, pour une valeur maximale de 1,4 milliard d'euros. «Le gouvernement britannique conserve par ailleurs des options pour 90 millions de doses supplémentaires livrables entre 2023 et 2025», a ainsi relevé le laboratoire.