Syrie

Une base aérienne de l’armée syrienne frappée par des missiles

L’agence SANA a précisé que ces frappes sur l’aéroport de Tayfur ont fait des morts et des blessés. A Washington, plusieurs responsables américains ont nié que l’armée américaine soit impliquée

Plusieurs missiles ont frappé tôt lundi un aéroport militaire syrien dans le centre du pays, faisant plusieurs morts et des blessés, selon l’agence syrienne SANA. Selon la télévision de Damas, l’attaque a visé la base de Tayfur, située entre les villes de Homs et Palmyre, dans le centre du pays. L’aérodrome a été secoué par de violentes explosions, tandis que la défense antiaérienne est entrée en action et a abattu huit missiles, ajoute la télévision, qui attribue l’attaque aux Etats-Unis.

Cette attaque est intervenue peu après que Donald Trump a condamné une attaque chimique présumée ayant fait samedi des dizaines de morts dans une zone rebelle près de Damas et a averti que les responsables allaient «payer le prix fort». La France a aussi menacé Damas de représailles en cas de nouvelle attaque chimique avérée.

Lire aussi: Donald Trump dénonce des «attaques chimiques insensées» du régime syrien à Douma

Le président américain et son homologue français Emmanuel Macron se sont entretenus dimanche soir au téléphone pour discuter de la situation en Syrie, ont annoncé la Maison-Blanche et l’Elysée. Selon la présidence française, les deux dirigeants sont convenus de «coordonner leurs actions et leurs initiatives au sein du Conseil de sécurité de l’ONU», qui doit se réunir lundi après-midi à New York.

Washington se dédouane

Les Etats-Unis ont nié leur implication. «En ce moment, le département de la Défense ne mène pas des frappes aériennes en Syrie», a déclaré un porte-parole du Pentagone. «Toutefois, nous continuons à observer de près la situation et nous soutenons les efforts diplomatiques visant à faire rendre des comptes à ceux qui utilisent des armes chimiques en Syrie et ailleurs», a-t-il ajouté.

Il y a un an, l’armée américaine avait tiré une salve de missiles de croisière Tomahawk contre une base aérienne syrienne après un bombardement au gaz sarin imputé aux forces de Bachar el-Assad à Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie.

Publicité