Un prisonnier s’avance le regard fixe, un demi-sourire sur les lèvres. Il se campe au milieu de la cellule, ses codétenus baissent les yeux, comme gênés. «J’ai rejoint le groupe Etat islamique pour égorger des chrétiens et des juifs», dit-il en arabe d’une voix blanche. Le gardien kurde ne sourcille pas: «La prison regorge d’anciens djihadistes qui ne regrettent rien. Celui-là affirme franchement ses convictions mais ne se montre pas violent. D’autres nous menacent ou dissimulent leur fanatisme. Mais tous font encore plus ou moins ouvertement allégeance à l’EI.»

Lire aussi l'article lié: La lutte contre l’EI à un tournant