Des croix rouges sont transformées en swastika. Des tweets incendiaires accusent le CICR de «traîtrise». La violence inouïe des attaques dont fait l’objet le Comité international de la Croix-Rouge en lien avec la guerre en Ukraine a pris l’institution genevoise à la gorge et par surprise.