Une délégation de membres du Congrès américain est arrivée dimanche à Taïwan pour une visite qui n’était pas annoncée, a indiqué une source diplomatique américaine dans l’île.

Cette visite de cinq personnes – un sénateur et quatre représentants, démocrates et républicains –, qui doit durer jusqu’à lundi, selon l’Institut américain à Taïwan, l’ambassade de facto des États-Unis dans l’île, survient quelques jours après la fin des manœuvres militaires les plus importantes jamais réalisées par Pékin autour de Taïwan, en riposte à une visite de la présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi.

Taïpei a accusé la Chine d’avoir pris prétexte de la visite de Nancy Pelosi pour s’entraîner à une invasion. En réponse, les Etats-Unis ont réaffirmé leur engagement dans la région.

Lire aussi: Les leçons militaires du «blocus» chinois de Taïwan

Ce qui est dit du programme de la délégation

«La délégation va rencontrer de hauts responsables taïwanais pour discuter des relations entre les Etats-Unis et Taïwan, des questions de sécurité régionale, de commerce et d’investissement, du changement climatique», a notamment indiqué l’Institut américain.

Le ministre taïwanais des Affaires étrangères a salué cette visite: «Alors que la Chine continue à faire monter les tensions dans la région, le Congrès américain a de nouveau envoyé une délégation de haut niveau à Taïwan, démontrant ainsi une amitié qui n’est pas effrayée par les menaces de la Chine et souligne le soutien résolu des Etats-Unis envers Taïwan.»

Les parlementaires américains vont notamment rencontrer le président Tsai Ing-wen et le ministre des Affaires étrangères Joseph Wu, a-t-il ajouté.

Lire aussi: Nicolas Walder: «Une délégation parlementaire suisse pourrait et devrait se rendre à Taïwan»

Relations commerciales accrues

Washington a récemment annoncé vouloir renforcer ses relations commerciales avec Taïwan et effectuer de nouveaux passages aériens et maritimes dans le détroit, en réponse aux actions «provocatrices» de la Chine, a annoncé vendredi Kurt Campbell, coordinateur de la Maison-Blanche pour l’Asie-Pacifique.

La Chine estime que Taïwan, peuplée d’environ 23 millions d’habitants, est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise (1949).

Opposé à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, Pékin est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan et d’autres pays.

Lire encore: «Pour les Etats-Unis, les enjeux sont beaucoup plus importants à Taïwan qu’en Ukraine»