Asie centrale

Une élection gagnée d’avance au Kazakhstan

Kassym-Jomart Tokaïev qui remplace depuis mars son mentor Noursoultan Nazarbaïev, président démissionnaire après vingt-sept ans de règne d'une main de fer, cherche l’onction populaire dimanche. Les opposants dénoncent une farce électorale

Kassym-Jomart Tokaïev n’est pas un inconnu à Genève. Entre 2011 et 2013, il y a assumé les fonctions de directeur général de l’ONU. L’un de ses anciens collaborateurs garde le souvenir d’un homme affable et d’une force tranquille. Ancien ministre des Affaires étrangères et diplomate chevronné, le Kazakh est aussi introduit dans les cercles diplomatiques internationaux. Il prône pour son pays des relations non alignées avec les grandes puissances que sont la Chine, les Etats-Unis, la Russie et l’Union européenne. Dans son propre pays toutefois, il tente de corriger son image d’homme de l’ombre. Depuis quelques semaines, il est hyperactif dans les médias sociaux.

Lire aussi: Le Kazakhstan, une aubaine pour les entreprises suisses