La Banque mondiale a annoncé, mercredi, que l'Association internationale de développement (IDA) s'était vue dotée d'un financement record de 93 milliards de dollars (82 milliards d'euros) pour aider les pays à faible revenu à faire face à la crise du Covid et à stimuler la croissance économique.

Il s'agit, selon un communiqué de l'institution financière, de la plus grande «reconstitution de ressources» jamais accordée à l'IDA, qui accorde des prêts à 74 pays dont la plupart se trouvent en Afrique.

Lire aussi: Banque mondiale: une partie de l’aide aux pays pauvres détournée

L'IDA est une institution du groupe de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète en leur accordant des subventions et des prêts à taux d'intérêt faibles ou sans intérêt pour des projets et programmes qui stimulent la croissance économique, réduisent la pauvreté et améliorent la vie des personnes pauvres.

Des partenaires généreux 

L'IDA a toujours été principalement financée par les contributions des Etats membres. Les donateurs se réunissent tous les trois ans pour reconstituer ses ressources.

La reconstitution des fonds annoncée mercredi est attribuée pour la période allant jusqu'en juillet 2022. Le 19e cycle de financement de l'IDA avait débuté en juillet 2020 avec un an d'avance compte-tenu de la crise.

«L'engagement généreux de nos partenaires aujourd'hui est une étape cruciale pour soutenir les pays pauvres dans leurs efforts pour se remettre de la crise de Covid-19», a déclaré le président de la Banque mondiale, David Malpass, cité dans le communiqué.

Pour poursuivre la lecture: La dette mondiale a grimpé en 2020 au niveau record de 226 000 milliards de dollars