L’Iran puis l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont occupé le devant de l’actualité du coronavirus ce lundi 24 février, avec une polémique montante sur le nombre de personnes décédées en Iran, et une prudente requalification du virus par l’OMS.

Retrouvez  nos principaux articles sur le virus


■ Une «éventuelle pandémie»

L’OMS, donc, se refuse toujours à utiliser de manière directe le terme de pandémie. Lors d’un point de presse à Genève, ses responsables ont dit que le monde doit se préparer «à une éventuelle pandémie». La hausse des cas en Italie, Iran et Corée du Sud est jugée «très préoccupante».


■ En Iran: 50 morts à Qom?

A mi-journée (heure suisse), un député de la ville de Qom a affirmé que 50 personnes sont mortes du virus dans cette seule cité. L’affirmation prend toute son importance quand on sait que Qom est une importante destination de pèlerinage et de formation théologique pour les musulmans chiites. Ahmad Amirabadi Farahani, élu ultraconservateur, a accusé le gouvernement de «ne pas dire la vérité» sur le virus. Le ministre de la Santé a immédiatement démenti ces accusations et assuré que son administration sera «transparente».

Les pèlerins de retour se font remarquer lorsqu’ils sont atteints. Le sultanat d’Oman a annoncé ses deux premiers cas de nouveau coronavirus et a décidé de suspendre immédiatement les vols avec l’Iran, ont indiqué les autorités et la télévision d’Etat. Des cas ont été signalés à Bahreïn, au Koweit et en Irak.


■ En Suisse: «Aucun cas»

A 13h30 ce jour, le conseiller fédéral Alain Berset, chargé de la Santé, a tenu une conférence de presse avec son état-major et des responsables de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). «Aucun cas» n’a été avéré en Suisse depuis le début de la crise, a-t-il indiqué, indiquant que «300 cas suspects» ont été analysés. Il y a un certain nombre de personnes en quarantaine.

Le ministre et ses experts ont voulu paraître rassurants, insistant sur le fait que, selon eux, le pays est prêt. «La Suisse participe à la chaîne de détection» au niveau européen. D’ici à demain, la Confédération prévoit de mettre sur place des tests au Tessin. «Nous avons un plan, un cadre dans lequel nous pouvons travailler. Nous suivons cette situation heure par heure, de manière sereine car nous sommes préparés. Mais nous devons réévaluer la situation à tous moments au besoin», assure le ministre.

Notre résumé de cette conférence de presse

Pascal Strupler, directeur de l’OFSP, a précisé que des experts du centre de Genève, qui fait office de pôle national de référence pour cette maladie, se rendront au Tessin. Pour les voyageurs qui entrent et sortent de Suisse, les douanes distribueront des prospectus, comme dans les aéroports.

A propos de fermetures de frontières, ou au moins de filtrages, Alain Berset parle d'«évaluer» de telles démarches selon l’état d’alerte: «Nous avons des mesures pour chaque étape, pour le moment aucune autre ne nous paraît nécessaire.»

Plus tard dans l’après-midi, le gouvernement italien a annoncé qu’il va inviter à une réunion les ministres de la Santé des pays frontaliers de la péninsule pour déterminer «des lignes d’action communes» face à l’épidémie.

Lire aussi notre reportage dans un laboratoire P3 à Lyon


■ La fashion week affectée, mais pas trop

«Il n’y a pas d’épidémie en France. Nous sommes très attentifs à la situation et restons à l’écoute des instructions des autorités sanitaires», explique-t-on à la Fédération de la haute couture et de la mode à Paris.

Notre envoyée spéciale Séverine Saas relate que, dans l’ambiance de ce premier jour de la semaine de la mode à Paris, on est bien loin des mesures drastiques adoptées par Giorgio Armani dimanche, au dernier jour de la Fashion Week de Milan. Le doyen des créateurs a présenté sa collection automne-hiver 2020-2021 dans une salle vide, sans public.

A ce sujet: Le coronavirus tétanise le nord de l’Italie


■ Un avion et un bus venus d’Italie bloqués

Les annonces du week-end à propos de la montée en puissance du virus en Italie n’ont pas tardé à provoquer des effets en chaîne. Un avion de la compagnie Alitalia transportant des passagers provenant des régions les plus touchées d’Italie a été bloqué à son atterrissage à l’île Maurice, dans l’Océan indien. Un bus en provenance de Milan a, lui, été immobilisé à la gare routière de Lyon.


■ Le bilan en Chine ce jour: plus de 2500 morts

Le bilan de l’épidémie de coronavirus en Chine a atteint les 2592 morts en Chine après l’annonce de 150 décès supplémentaires. La Commission nationale a fait état de 409 nouveaux cas, portant à plus de 77 000 le nombre de personnes infectées en Chine continentale.


Voir notre carte sur l’expansion du virus.