Le vice-président Omar Souleimane a annoncé mardi la formation de plusieurs comités indépendants (dont on ne connaît pas la composition), qui seront chargés d’examiner d’ici à septembre 2011, terme du mandat d’Hosni Moubarak, une série de réformes:

U Adoption d’amendements constitutionnels et législatifs pour assurer des élections libres, honnêtes et pluralistes. Il s’agit notamment de lever ou d’alléger les restrictions qui pèsent sur les candidatures à la présidentielle, et de limiter le nombre de mandats.

U Organisation d’un nouveau vote dans les circonscriptions où la justice jugera recevables les plaintes pour fraudes lors des législatives de décembre. Au moins 195 des 508 sièges sont concernés.

U Libération immédiate des prisonniers de conscience. Leur nombre est estimé à plusieurs milliers, en grande majorité des islamistes.

U Suppression des restrictions imposées aux médias et aux moyens de télécommunication.

U Levée de l’état d’urgence. En vigueur depuis l’attentat du président Sadate en octobre 1981, il interdit manifestations et rassemblements, et permet les arrestations arbitraires et les détentions sans charge.