L’essentiel

Quelque 3000 opposants aux mesures sanitaires, dont les «Freiheits-Trychlern» et le groupe «Mass-Voll», ont bruyamment manifesté samedi dans les rues d’Uster, dans le canton de Zurich. L’événement était autorisé par la police et s’est déroulé sans violence.

L’Inde exportera huit millions de doses de vaccin contre le coronavirus d’ici la fin du mois d’octobre, après avoir levé son interdiction d’envoyer des doses à l’étranger.

 


■ En gestation, une initiative populaire voudrait un «tribunal spécial» pour le covid

L'idée est en gestation sur des groupes coronasceptiques de la messagerie cryptée Telegram, raconte le Blick. Le texte aurait été déposé auprès de la Chancellerie fédérale. Ce dernier, d'une longueur de presque 18 000 signes, demande le jugement des autorités dans le cadre de la pandémie. Le «totalitarisme» y est dénoncé ainsi que le prétendu complot de l'«establishment». «Nous espérons pouvoir commencer à collecter des signatures dans 3 à 4 mois, c’est-à-dire en décembre 2021 ou janvier 2022», affirment les porteurs du projet, qui ne dévoilent pas leur identité.


■ Flambée en Syrie, des patients transférés vers d'autres hôpitaux

Le ministère syrien de la Santé a commencé le transfert de patients atteints du Covid-19 à Damas et Lattaquié vers d'autres provinces du pays, sur fond de saturation des hôpitaux et de taux record de contaminations, selon un responsable.

La Syrie, un pays en guerre, a recensé depuis le début de la pandémie 32 580 cas de Covid-19, dont 2198 décès, mais depuis la mi-août, le pays connaît une hausse exponentielle du nombre de contaminations, ayant bondi de moins de 50 par jour à plus de 300 cas quotidiens, selon les chiffres officiels.

Sur la seule journée de samedi, les zones sous le contrôle de Damas ont enregistré 442 nouveaux cas et 11 décès.


■ La radicalisation d’une minorité inquiète les autorités

Une petite partie des personnes opposées aux restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus commence à se radicaliser et est prête à des actes de violence, alerte dans Le Matin Dimanche André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité (RNS). Il pointe les dernières manifestations à Berne, lors desquelles des couteaux et des tournevis ont notamment été saisis. Ces manifestants sont des «extrémistes monothématiques», explique le spécialiste de la lutte contre la radicalisation. Ni d’extrême gauche ni d’extrême droite, ils sont «prêts à devenir violents par rapport à une cause très particulière, qui est celle du Covid-19», ajoute-t-il. «C’est une nouvelle forme d’extrémisme que l’on voit apparaître sur le plan international». Il dit n’avoir pas souvenir d’une telle concentration de manifestations en Suisse. L’expert appelle à être attentif à la situation ces prochaines semaines, notamment avant le vote de novembre sur la loi Covid.


■ Des politiciens des Verts, du PS et de l’UDC se battent pour la gratuité des tests

Des politiciens des Verts, du PS et de l’UDC veulent forcer le Conseil fédéral à maintenir la gratuité des tests contre le coronavirus, assure la SonntagsZeitung. Ils prévoient de faire passer la semaine prochaine une initiative parlementaire allant dans ce sens en procédure d’urgence dans les deux Chambres fédérales. L’exécutif fédéral doit décider vendredi si et à partir de quand les tests requis pour le certificat Covid seront payants. Le chef du groupe parlementaire UDC, Thomas Aeschi, voulait initialement convoquer une session extraordinaire dédiée aux coûts des tests, mais il y a renoncé, précise le journal. Les Chambres y consacreront néanmoins un débat urgent la semaine prochaine.


■ Les cantons se préparent à une troisième injection de vaccin

Les cantons se préparent à une troisième injection de vaccin contre Covid-19 appelée dose de rappel, indique dans la NZZ am Sonntag Michael Jordi, le secrétaire général de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS). La priorité est donnée aux maisons de retraite. Christian Streit, directeur de SeneSuisse, l’association à laquelle sont affiliées 400 maisons de retraite, soutient la vaccination de rappel. La troisième injection contre le coronavirus «doit être administrée en temps utile et pas seulement en hiver, lorsque la grippe est à nouveau un sujet d’actualité», explique-t-il.

La vaccination de rappel n’est actuellement autorisée en Suisse que pour les personnes immunodéprimées. Les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) montrent que le nombre de personnes de plus de 80 ans admises à l’hôpital en lien avec le Covid-19 a augmenté ces dernières semaines.