Deux semaines après leur révélation, les SwissLeaks n’en finissent pas de susciter mesures et réactions. Parmi elles, la déclaration dimanche du secrétaire britannique au Trésor Danny Alexander. Devant les caméras de la BBC, il a souligné que Londres envisageait d’introduire une nouvelle loi qui permettrait de poursuivre pénalement les banques et les organismes encourageant ou facilitant l’évasion fiscale.

«Nous devrions créer une nouvelle infraction pour les entreprises qui échouent à empêcher un délit économique et les organisations qui facilitent ou encouragent l’évasion (fiscale) devraient encourir le même niveau d’amende que les fraudeurs», a-t-il précisé. Le secrétaire au Trésor propose d’introduire ces nouvelles mesures dans le dernier budget du gouvernement le 18 mars, quelques jours avant la dissolution du parlement dans la perspective des élections législatives du 7 mai.

«Si les nouvelles mesures ne peuvent pas être introduites par ce parlement, elles feront partie du programme des libéraux-démocrates pour le prochain gouvernement», a assuré le parti dans un communiqué. Les élections du 7 mai s’annoncent très serrées, les sondages pointant une forte probabilité que ni le parti conservateur, ni le principal parti d’opposition, le Labour, ne parviennent à remporter une majorité.

Cela signifie qu’ils auront probablement à faire équipe avec un plus petit parti pour former un gouvernement, comme les libéraux-démocrates ou le parti national écossais (SNP). Le parti libéral-démocrate, dirigé par Nick Clegg, a chuté dans les sondages depuis sa participation au gouvernement de David Cameron en 2010 et remporte actuellement 8% des intentions de votes, selon une moyenne des sondages calculée par le blog UK Polling Report.