Censure

Une Miss indésirable aux yeux de Pékin

Elue «Miss Canada», Anastasia Lin s’est vu refuser l’accès à la Chine, sa patrie d’origine

«Beauté pour une cause», c’est le slogan des concours de «Miss Monde» qui se tiennent chaque année depuis 1951. La cause défendue par Miss Canada, Anastasia Lin, l’a mise sur la touche de l’édition 2015 qui se tiendra le 19 décembre à Sanya, au sud de l’île tropicale de Hainan, en Chine. La jeune femme de 25 ans, diplômée d’université, pianiste, actrice, est une adepte du falun gong et militante des droits de l’homme. Des activités qui en font une persona non grata en Chine, sa patrie d’origine.

Bloquée à Hongkong

Anastasia Lin a remporté sa couronne en mai dernier. Elle ne s’est pas privée de faire savoir qu’elle profiterait de cette aura pour dénoncer la torture dont sont victimes en Chine nombre de pratiquants du falun gong depuis que la secte bouddhiste a été interdite en 1999. «Mon but n’est pas d’exhiber des slogans anti-chinois sur scène, a-t-elle expliqué à la presse. Mais ma seule présence pourrait redonner espoir aux victimes.»

C’en était trop pour Pékin, qui lui a refusé l’accès à son territoire. Durant des semaines, elle a attendu une lettre d’invitation des organisateurs du concours de Sanya, sésame nécessaire à l’obtention d’un visa. En vain. Elle s’est résolue cette semaine à se rendre à Hongkong où elle a pu obtenir un visa de touriste. Mais à l’enregistrement de l’aéroport, la compagnie Dragonair lui a signifié qu’elle n’avait pas l’autorisation d’embarquer.

Silence de «Miss Monde»

Depuis son couronnement, Lin – qui a quitté la Chine il y a une douzaine d’années – affirme avoir été mise à l’écart par la communauté chinoise vivant au Canada. Son père, resté en Chine et qui s’était d’abord réjoui de son succès, a reçu la visite d’agents de la sécurité. Après avoir tenté de la convaincre de se taire, il ne lui parle plus. Les autorités canadiennes et l’organisation «Miss Monde» se retranchent dans un silence embarrassé. Comme pour les athlètes sportifs ou les musiciens, Pékin fait le tri parmi les Miss.

Publicité