L’Equateur a activé dimanche un plan d’urgence après le naufrage dans un port des Galapagos d’une barge contenant près de 2300 litres de diesel. Du personnel militaire et environnemental «a mis des barrières de contention et des chiffons absorbants pour réduire le risque environnemental dû au naufrage de la barge Orca, avec un stock de 600 gallons de diesel», a annoncé sur son compte Twitter le Parc national Galapagos (PNG), chargé de la protection de cette réserve naturelle.

«On observe un épanchement de combustible, les membres de l’équipage de la péniche se lancent à la mer pour sauver leurs vies», a précisé ECU 911, le service de sécurité des îles, situées à 1000 kilomètres du continent et dotées d’un des écosystèmes les plus fragiles de la planète.

Les autorités ont récemment indiqué que la nappe serait «maîtrisée». «La situation est sous contrôle et un ensemble d’actions ont été déployées pour atténuer les éventuels impacts» de l’accident, a indiqué le service de communication de la présidence de la République dans un communiqué. «L’opération d’intervention a maîtrisé la nappe» de carburant, a-t-il affirmé.

Des mesures d’urgence prises par l’Equateur

L’accident, qui a fait un blessé, est survenu dans un port de l’île de San Cristobal, après l’effondrement d’une grue lors du chargement d’un conteneur sur la barge. Cette dernière, déstabilisée par le choc, a chaviré.

Lire aussi: Des espèces éteintes de tortues ressuscitées bientôt dans les Galapagos

Des unités de l’armée équatorienne, de la police nationale et du PNG se coordonnaient pour parer au plus pressé et évaluer les dommages environnementaux, a avancé ECU 911. «Nous mettons en œuvre des actions immédiates pour réduire les risques environnementaux», a déclaré le ministre équatorien de l’Environnement, Raul Ledesma, qui a dit avoir pris «les mesures d’urgence nécessaires pour surmonter ce malheureux incident».

L’archipel des Galapagos, inscrit au patrimoine naturel de l’humanité, tire son nom des tortues géantes qui vivent dans le Pacifique équatorien, et font partie de la réserve de biosphère qui a servi au naturaliste anglais Charles Darwin pour développer la théorie de l’évolution des espèces.