Un célèbre producteur d'Hollywood, habitué des tapis rouges, qui quitte une salle de tribunal, sonné et menotté: l’image est forte. Accusé par plus de 90 femmes d’agressions sexuelles et de viols, Harvey Weinstein n’a pas été reconnu coupable d’être un «prédateur sexuel», mais relativiser le jugement serait une erreur.

Même s’il est innocenté pour trois chefs d’accusation sur cinq, il est condamné pour agression sexuelle et pour viol. Pour le mouvement #MeToo, pour toutes les victimes, cette condamnation représente une première victoire. La démonstration que des femmes peuvent être entendues face à de puissants agresseurs. Même quand les preuves factuelles manquent. Même quand des témoignages se révèlent un peu confus et incohérents.